×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Coopétition

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:4737 Le 25/03/2016 | Partager
benabid_edito_2016.jpg

 

Le mieux qui pouvait arriver à l’industrie pharmaceutique est qu’elle commence à se projeter à  travers le miroir du commerce et de l’industrie et un peu moins à  celui de la santé. Que l’on se rassure, le secteur ne va pas perdre son âme sur les spécificités de ses produits.
Ce sera toujours des médecins et des pharmaciens qui seront au premier front pour la R&D, les  phases des essais cliniques,  les demandes d’AMM et/ou leurs validations. Ce sera de nouveau  des médecins et des pharmaciens (de manière plus controversée par la magie des congrès «scientifiques» sponsorisés) qui seront mobilisés pour les campagnes agressives des promotions-prescriptions. Voici venir le temps du langage de vérité économique. Il aura fallu toucher le bas  avec le tsunami des baisses forcées des prix, les terrains cédés sur la production locale, les rendez-vous manqués des accords de libre-échange bilatéraux ou multilatéraux, pour que le secteur se rende compte de l’urgence d’un sursaut de compétitivité.
Le processus de conscientisation aboutit aujourd’hui sur le déploiement d’écosystèmes, de promesses d’aides gouvernementales et d’engagements chiffrés de réalisations... c’est indéniablement beaucoup de maturité.
Le plus dur pour les prochains mois sera d’amener la coalition d’entreprises du secteur à parler le même langage et à travailler en réseau. C’est même un prérequis de l’ADN des écosystèmes. Car, ne l’oublions pas, derrière cet échafaudage, se niche un mode opératoire qui pourrait apparaître contre nature sous les cieux économiques, et particulièrement pharmaceutiques, la coopétition, association de coopérations et de compétitions. C’est déjà un exploit que de ramener trois groupements du secteur AMIP, AMMG, LEMM (ex-MIS), une exception dans l’histoire industrielle du pays, à s’inscrire sur des objectifs
a priori antagonistes. Les labos doivent prouver qu’ils ont maintenant bien compris qu’ils pouvaient être partenaires et concurrents.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc