×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Xenical, nouvelle pilule miracle contre l'obésité?

    Par L'Economiste | Edition N°:810 Le 14/07/2000 | Partager

    • L'Orlistat, de son nom scientifique n'est ni un mange-graisse, ni un coupe-faim• II agit directement sur l'estomac qui évacue le surplus graisseux par voie naturelle• Désagréments: Selles huileuses à tendance diarrhéique et flatulencesDEPUIS que la médecine a trouvé de nouvelles pistes concernant l'obésité penchant surtout vers une hérédité génétique, les scientifiques n'ont eu de cesse que d'essayer de créer cette pilule miracle qui fasse fondre la graisse aussi rapidement que dans l'imagination.Il y a une dizaine d'années, une fameuse pilule avait fait son apparition, suscitant un effet d'entraînement sans précédent. Il s'agit de l'Isoméride, un «coupe-faim« dont les effets secondaires ont eu des répercussions graves. Depuis son retrait, on n'a plus entendu parler de remède miracle, jusqu'à la toute récente mise en circulation d'une nouvelle substance, l'Orlistat (alias Xenical) qui a obtenu le feu vert pour sa commercialisation en 1998 en Europe. La demande était telle que ce médicament était déjà en rupture de stock dix jours après sa mise sur le marché, créant des listes d'attente dans les pharmacies.Concrètement, «le Xenical évite à l'organisme d'absorber 30% des graisses apportées par les aliments«, explique le Dr Alain Golay, responsable de la consultation de l'obésité des Hôpitaux universitaires de Genève, comme indiqué sur le site www.construire.ch.Ce médicament, découvert par des chercheurs suisses et commercialisé par les Laboratoires Roche, est destiné aux personnes obèses, celles souffrant de troubles du comportement alimentaire et celles qui brûlent peu de calories.Mais attention, ce produit n'a rien de magique. Il ne permet d'éliminer que 30 grammes de graisse par jour, soit l'équivalent de 300 calories. Environ 10 kilos par an: c'est la perte moyenne de poids induite par le Xenical qui, pour être efficace, doit absolument être associé à une diète légèrement hypocalorique (autour de 1.600 calories).Autre particularité de ce médicament vendu sur ordonnance: il n'agit pas sur le cerveau, comme le font les coupe-faim, mais uniquement sur l'intestin. Résultat, les rares effets secondaires sont désagréables, voire gênants, mais bénins. Ils se résument, lors d'un écart de table, à des flatulences accompagnées de selles huileuses. Des désagréments qui, d'un point de vue pédagogique, se révèlent être bénéfiques: le patient est obligé d'apprendre à limiter sa consommation de graisse et donc à changer ses habitudes alimentaires, sous peine d'avoir des diarrhées incommodantes, selon le Dr Golay.Le rôle de garde-fou se limite toutefois au comportement. Ce travail est indispensable pour instaurer des habitudes alimentaires si l'on veut conserver les acquis après l'arrêt du traitement.Il faut signaler qu'il n'est pas utile de prendre le médicament lors d'un repas sans graisse et qu'à l'inverse, il ne sert à rien de dépasser les doses prescrites. (www.construire.ch)


    PrincipesVoici deux ou trois choses à savoir sur le Xenical, Le recul: il a été testé sur cinq mille patients à travers le monde durant huit ans. Son principe : on sait aujourd'hui que ce sont les aliments gras qui font grossir et non les hydrates de carbone (les sucres) comme on l'a longtemps cru. Et c'est là que le médicament intervient, en empêchant une partie de l'excès de graisse ingéré d'être stockée.L'explication est simple; la digestion des graisses alimentaires est assurée par des enzymes appelées lipases. Leur n'avait consiste à casser les cellules graisseuses en petites particules pour permettre à l'intestin de les absorber. Or, si l'on bloque ce processus, le surplus graisseux passe «tout droit« dans les selles, sans s'arrêter sur les hanches et autres endroits gourmands de notre anatomie.
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc