×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Wafabank et BMCE Bank: Valeurs-phares en 1999

    · Etude de MIT, sur les bancaires, des valeurs de fond

    Par L'Economiste | Edition N°:431 Le 28/01/1999 | Partager

    Considérées comme valeurs refuges du marché, les bancaires représentent des titres de fond de portefeuille pour petits porteurs et institutionnels. MIT (Maroc Inter Titres) a récemment procédé à une valorisation des institutions cotées afin de déterminer les plus captivantes pour 1999.

    Bonnes perspectives de croissance des banques pour 1999. En tête de liste, Wafabank et BMCE Bank. C'est ce qui ressort d'une note récente de MIT consacrée aux valeurs les plus attrayantes du marché cette année.
    Justifiant ce constat, la société de bourse attire l'attention sur la décote significative de ces institutions compte tenu de la croissance future des bénéfices.
    Pour l'ensemble des banques valorisées, MIT a procédé au calcul d'un prix théorique d'équilibre. Ce dernier représente la moyenne des valorisations obtenues par trois méthodes d'évaluation (per, P/ANPA, dividendes). La différence entre ce prix d'équilibre et le cours observé en bourse le 8 janvier, a révèlé des décotes jugées importantes.
    A signaler que pour le cas de la BNDE et le CIH, la société de bourse a écarté la valorisation par actualisation de dividendes en raison de "l'incertitude sur la politique de distribution de dividendes des futurs acquéreurs de ces deux sociétés en cas de privatisation", indique la note.
    Premiers résultats: Le titre Wafabank traite, selon les analystes de MIT, avec une décote de 12,5% par rapport à son prix d'équilibre. Il en est de même pour BMCE Bank dont l'écart atteint 10,7%. L'effet de cette décote est d'autant plus important avec les prévisions de la croissance des bénéfices en 1999. Les estimations font ressortir en 1998 un résultat net de 387,6 millions de DH (+20%) et 452,2 millions (+16,6%) en 1999 pour le cas de Wafabank. Idem pour BMCE Bank dont le résultat net s'estime à 532,2 millions pour 1998 (+25%) et 638,6 millions en 1999 (+20%).
    Côté rentabilité financière, les deux établissements devraient afficher de bons indicateurs. Le ROE (résultat net/ fonds propres) s'établit à 14,2 et 16,5% en 1998 et 1999 pour Wafabank et 15 puis 18% respectivement pour BMCE Bank.
    Outre la décote par rapport au marché, MIT a intégré d'autres critères d'évaluation. Pour le cas de la BNDE par exemple, la décote de 33,6% entre le cours au 8 janvier (187 DH) et son prix d'équilibre (250 DH) ne signifie pas une recommandation à l'achat. Pour cause: l'essentiel du résultat net est constitué par des éléments non récurrents (plus-values sur les participations).
    Concernant les autres banques, la société de bourse recommande de conserver le titre Crédit du Maroc en raison de la nouvelle stratégie de l'institution qui mise dorénavant sur l'agressivité commerciale.
    En revanche, les analystes conseillent d'alléger le titre BMCI, étant donné que "les perspectives d'avenir sont déjà valorisées actuellement".

    Youssra MAHFOUD


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc