×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    USA: Craquements dans le système de refinancement hypothécaire

    Par L'Economiste | Edition N°:2657 Le 22/11/2007 | Partager

    L’intensification de la crise immobilière a causé de lourdes pertes chez le numéro 2 américain du refinancement hypothécaire, Freddie Mac, qui forme avec son homologue Fannie Mae, la clé de voûte du système ayant permis à des millions d’Américains de devenir propriétaires.Victime à son tour de la multiplication des défauts de paiement des ménages, Freddie Mac a annoncé mardi dernier une perte nette de 2 milliards de dollars au 3e trimestre, sous l’effet d’un accroissement de ses provisions, ce qui a fait s’effondrer les deux groupes en Bourse.Freddie Mac a dû mettre de côté 1,2 milliard de dollars pour tenir compte de l’augmentation du nombre d’emprunteurs ne remboursant pas leurs crédits en temps et en heure. La valeur de son portefeuille a baissé de 8,1 milliards de dollars, a précisé le groupe dans un communiqué.Freddie Mac et Fannie Mae, également en difficulté, ont pour mission de racheter aux banques une partie de leur portefeuille de prêts immobiliers. Les banques retrouvent ainsi des liquidités et peuvent consentir de nouveaux prêts, contribuant ainsi au dynamisme du marché immobilier. Bénéficiant d’une garantie implicite du gouvernement, les deux organismes doivent se plier à des contraintes importantes, qui limitent leur action à l’achat de prêts de bonne qualité (pas de «subprime») et d’un montant plafonné, ce qui ne les a pas empêchés de faire de mauvaises affaires.La Réserve fédérale américaine (Fed) est depuis longtemps préoccupée de l’impact «systémique» sur l’ensemble de la finance américaine et mondiale qu’aurait la défaillance de l’un ou l’autre de ces acteurs clés de l’immobilier.Et elle ne sera pas rassurée par l’annonce de Freddie Mac que ses fonds propres «durs» respectaient toujours les ratios prudentiels, mais de justesse. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc