×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Une exploitation d'autruches à Témara

Par L'Economiste | Edition N°:418 Le 08/01/1999 | Partager

De l'autruche dans vos assiettes, c'est désormais possible. Une première expérience est en passe de réussir dans la région de Témara. Cependant, il faut patienter encore, le temps de la constitution d'un cheptel conséquent.


Avez-vous songé à varier votre menu, en adoptant d'autres viandes? De la viande d'autruche, par exemple. Il est peut-être temps d'y penser. Surtout qu'un élevage de ce type tout à fait nouveau a vu le jour dans la région de Témara.
Cette première initiative est l'oeuvre d'un jeune exploitant qui a décidé de sortir des sentiers battus en optant pour cet d'élevage. "L'autruche possède des atouts naturels incontournables: sa productivité, sa résistance aux maladies, sa capacité d'adaptation au climat, sa croissance rapide et ses produits de qualité supérieure", explique le propriétaire de cette exploitation insolite du nom Rex Nova, M. Abdellatif Belhaj Soulami. Bien au-delà de ces caractéristiques, la viande de l'autruche pourrait constituer une bonne alternative pour les petits gourmets.

L'autruche, bien qu'elle soit un oiseau, offre une viande de couleur rouge qui s'apparente à celle du boeuf. Elle est aussi tendre et a un goût proche. Au niveau nutritionnel, la viande d'autruche, en comparaison avec celle du boeuf, possède 10 fois moins de gras, 2,5 fois moins de calories et 1,6 fois moins de cholestérol, ce qui la classe parmi les viandes de premier choix. Du reste, cette viande est caractérisée par une forte teneur en protéine, en magnésium, en phosphore et en potassium.
M. Belhaj a démarré son affaire en 1995 avec 3 têtes (un mâle et deux femelles). Aujourd'hui, il en est à plus d'une centaine. L'investissement nécessaire est d'environ 5 millions de DH, entièrement autofinancé.
Jusqu'à présent, le propriétaire a opté pour la vente d'animaux vivants, utilisés surtout comme élément d'agrément. En effet, le nombre de têtes ne suffisait pas jusqu'à présent, selon lui, pour passer au stade de l'abattage. En effet, M. Belhaj distingue entre deux phases dans l'élevage de ces oiseaux. La première consiste en la constitution du cheptel permettant de disposer d'une population assez importante pour une production constante. Pour la deuxième phase, M. Belhaj espère un développement d'autres initiatives permettant à terme de créer un véritable abattoir.
La viande sera vendue dans un premier temps sur le marché local. Le prix, non encore déterminé devra, selon lui, rester dans une fourchette raisonnable pour concurrencer la viande de boeuf. Celle-ci se situera entre 100 à 120 DH le kilo. En attendant, M. Belhaj continuera à vendre les animaux vivants. Le prix de l'autruchon est de 15.000 DH, ce qui représente 50% de moins que les prix pratiqués par les Européens, notamment les Français (25.000FF).
Reste à signaler que la demande pour les produits de l'autruche a toujours surpassée la production et cette demande ne cesse d'augmenter à un rythme soutenu. A l'heure actuelle, 600 tonnes sont seulement disponibles sur le marché européen, alors que la demande crève le plafond, malgré les prix élevés pratiqués par les éleveurs (150FF le kilo, l'équivalent de 250 DH). C'est dire l'intérêt d'un tel élevage sur le tissu économique national. D'autant plus que les éventuels concurrents (l'Afrique du Sud, la Namibie et le Canada) se heurtent au coût élevé du transport, sauf pour la Tunisie.


150 kg, 2,50 m, 70 km/h...


"Rex Nova" ("chose nouvelle"), est le diminutif latin qu'avait choisi M. Abdellatif Belhaj Soulami, pour qualifier son exploitation d'élevage d'autruches. Il s'agit, en effet, de la première expérience du genre dans notre pays. Elever ces oiseaux à plus ou moins grande échelle est pour ainsi dire, une idée qui sort de l'ordinaire.
Située dans la Commune de Mers El Khaïr (région de Témara), la petite exploitation de M. Belhaj, s'étend sur une superficie de 3,5 hectares. Trois races y sont élevées: l'autruche noire d'Afrique du Sud, l'autruche à cou bleu et l'autruche à cou rouge. Six employés en plus d'un vétérinaire, veillent au bon développement de ces trois races. Ce qui n'est pas toujours une mince affaire, avec des animaux qui pèsent 120 à 150 kg, atteignent une taille au stade adulte de 2,50 m et qui se déplacent à une vitesse de 60 à 70 km/h.
Les six employés s'occupent notamment de la collecte des oeufs, de l'entretien, du nettoyage et de la culture de la luzerne, principal aliment des autruches.
L'exploitation de M. Belhaj bénéficie, par ailleurs, de la collaboration du parc zoologique national de Témara.
Créée en avril 1994, la petite exploitation compte aussi une couveuse. Au Maroc, la ponte a lieu de février à septembre, la durée d'incubation dure 42 jours et l'oeuf d'une autruche, parfaitement comestible, représente environ l'équivalent de 2 douzaines d'oeufs de poules. Elle compte également une clinique constituée de deux enclos. Par ailleurs, l'espace de la ferme est partagé en plusieurs parcelles entourées de clôtures de plus de 2m et abritant les différentes espèces. S'y ajoutent des pièces pour accueillir pendant la nuit les poussins n'ayant pas dépassé la période critique de six mois. Période pendant laquelle ils sont particulièrement vulnérables.
Aujourd'hui, cette petite ferme contient pas moins d'une centaine de tête.
Le chiffre d'affaires prévisionnel, estimé par M. Belhaj, est de l'ordre de 3 à 4 millions de DH par an.
Reste à signaler que le cuir d'autruche suscite une grande demande sur le marché (une peau tannée coûte 4.500FF, l'équivalent de 7.425DH). Les plumes et les coquilles vides sont pour leur part utilisées comme articles d'ornement.

Abdelaziz MEFTAH


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc