×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Travail décent: Premières actions en janvier

    Par L'Economiste | Edition N°:2425 Le 19/12/2006 | Partager

    . Huit entreprises bénéficieront d’un accompagnement du BIT. Objectif: Mise à niveau sociale et élaboration d’un code de conduite unifiéLe projet de travail décent mené par le Bureau international du travail (BIT) est sur les rails. L’effort de mise à niveau sociale entrepris depuis quelques années par les professionnels du secteur textile-habillement (TH) commence à donner ses fruits. Une douzaine d’entreprises ont déjà manifesté leur intérêt pour un diagnostic social à partir de janvier prochain, date de démarrage du projet pilote. «L’engouement des entreprises est certain; en janvier, nous aurons certainement à sélectionner les bénéficiaires», affirme Jean-Paul Sajhau, secrétaire exécutif au BIT, commission Textile-habillement et Chaussures. Le programme sera élargi plus tard à un plus grand nombre d’entreprises TH. L’objectif de ce programme est de favoriser le dialogue social au sein des entreprises participantes, tout en apportant des améliorations en matière de travail décent. Aujourd’hui, pour être compétitif, il ne suffit plus de jouer sur des facteurs comme le coût ou la qualité. «Pour les plus gros donneurs d’ordre, le volet social est devenu un critère déterminant dans le choix des partenaires au niveau international», indique Sajhau. Soucieuses de leur image de marque, les multinationales sont de plus en plus regardantes sur le climat social et les conditions de travail au sein des entreprises partenaires. D’où le rôle de catalyseur ou de tuteur que jouent ces grandes structures pour amener leurs fournisseurs à respecter un certain nombre de normes sociales. D’ailleurs, à l’occasion d’une rencontre le lundi 11 décembre entre les entrepreneurs marocains du textile et une délégation du MFA Forum (Forum de l’Accord multifibre, représentant les plus gros donneurs d’ordre au niveau mondial), ces derniers ont affiché leur volonté d’apporter leur expertise pour l’élaboration d’un code de conduite harmonisé, sur la base de l’initiative dite Fibre citoyenne (FC), adoptée par l’Amith depuis 2004 (www.leconomiste.com), valorisant ainsi le processus intégré de mise à niveau économique et sociale entrepris par le secteur. . Caractère avant-gardisteLe MFA Forum est l’initiative internationale plurilatérale la plus importante dans le secteur textile-habillement.Créé en 2004, il regroupe de grands donneurs d’ordre internationaux (dont Inditex, Levis, Carrefour, Gap, H&M, Nike, Marks & Spencer), la Fédération internationale des travailleurs du textile, de l’habillement et du cuir, des organisations internationales -dont le BIT- et des ONG. Cette initiative est née du constat qu’aucun acteur ne peut plus intervenir seul et de façon efficace dans un secteur TH mondialisé, et de la nécessité de créer un lieu de discussions et d’action sur les mesures à prendre pour atténuer l’impact de la fin de l’Accord sur les textiles et les vêtements (ATV), notamment dans les pays fortement dépendants. Les débats ont débouché sur deux principales recommandations d’une importance capitale pour l’avenir du TH. Pour la première fois, les partenaires sociaux se sont engagés à travailler ensemble à l’élaboration d’un Code de conduite sectoriel, sur la base du travail conséquent déjà entrepris par l’Amith dans le cadre de son référentiel FC. De même, le MFA Forum s’est formellement engagé à faciliter la constitution d’un groupe d’acheteurs afin de discuter de l’élaboration d’un Code de conduite acceptable par l’ensemble des parties prenantes. Dans un contexte où les codes de conduite se multiplient et se diversifient, l’émergence d’un code commun au secteur TH est extrêmement prometteur en terme de réduction des coûts et d’augmentation de l’efficacité dans la mise en œuvre. Mais le caractère avant-gardiste de cette démarche tient surtout au fait qu’il s’agit d’une initiative marocaine, à laquelle sont associés l’ensemble des partenaires économiques et sociaux et bénéficiant de l’appui réitéré du gouvernement. En effet, les principaux ministères impliqués, à savoir le MCI et le MEFP se sont joint au Comité paritaire à l’issue des discussions techniques. A cette occasion, le MCI et le MEFP ont fait part de leur soutien à l’émergence d’un comportement commercial responsable et compétitif dans le secteur TH. C’est dans le cadre du Comité paritaire textile habillement marocain (CPTHM), la seule instance de ce type au Maroc, que se sont engagées les discussions techniques entre la délégation du MFA Forum et les partenaires sociaux. «Cet organisme bipartite de dialogue social sectoriel est né de la volonté des partenaires sociaux de construire un véritable dialogue autour de la politique sociale du secteur TH, et constituait par conséquent un cadre privilégié pour une telle rencontre», précise Neama Ouazzani, coordinatrice nationale du Projet Travail décent Maroc. Les donneurs d’ordre sont donc prêts à fournir l’appui nécessaire à la mise à niveau de leurs fournisseurs marocains. Les professionnels marocains devront travailler sur leur propre code de conduite acceptable par les donneurs d’ordre. «Ce code de conduite unifié a l’avantage d’éviter les multiples opérations d’audit pour les entreprises ayant des donneurs d’ordre différents», explique Jean-Paul Sajhau. Par ailleurs, le projet de travail décent, financé par le ministère espagnol du Travail et des Affaires sociales, est doté d’une enveloppe de plus de 6 millions de dirhams sur 24 mois. A en croire Jean-Paul Sajhau, les Espagnols seraient prêts à miser plus pour allonger la durée du programme.


    Partenaires

    Forts de ce constat, les principaux acteurs du TH marocains - le MCI, le Ministère de l’Emploi, l’Amith et les trois syndicats représentatifs dans le secteur que sont l’UMT, la CDT et l’UGTM - se sont engagés, avec l’appui du Projet Travail décent Maroc (Tra De Maroc) du BIT, à renforcer la compétitivité sociale de l’industrie du TH au niveau sectoriel et des entreprises. Le MFA Forum, conquis par les actions entreprises au niveau national, a souhaité venir à la rencontre des acteurs du TH afin de discuter du soutien qu’il pourrait fournir à ce processus concerté de mise à niveau sociale, dans lequel le secteur TH marocain a joué un rôle de pionnier. Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc