×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Transport urbain
    El Jadida: Personne ne veut de la concession

    Par L'Economiste | Edition N°:3020 Le 08/05/2009 | Partager

    . Deux appels d’offres sans soumissionnaire . Une seule société assure aujourd’hui le serviceC’EST l’anarchie dans le transport urbain dans la ville d’El Jadida. Des bus, il y en a, mais sans aucun cadre juridique approprié. En effet, une seule société, Azama Bus, assure le transport urbain à El Jadida. Et aussi le transport intercommunal vers Azemmour, Moulay Abdellah et sa station balnéaire Sidi Bouzid ainsi que vers Ouled Hcine et son souk hebdomadaire Sebt Ouled Bouâziz. Le territoire couvert concerne donc 4 communes de la région. Pour la petite histoire, la société avait établi une convention de transport urbain en 1997 pour une durée de 10 ans avec le Conseil provincial dans le cadre du Grand El Jadida (sur plus d’une trentaine de kilomètres englobant Azemmour au nord et Jorf Lasfar au sud). Une convention rectificative a été signée avec la municipalité d’El Jadida le 1er juillet 2003. L’objectif était d’instituer un cadre légal pour permettre au percepteur de l’administration de percevoir les redevances de la société. L’accord permettait à la société Azama l’exploitation de 6 lignes à l’intérieur du périmètre du chef-lieu des Doukkala. La société devait verser 18.000 DH/an pour chaque ligne. Mais cet accord, arrivé à terme le 17 juillet 2007, n’a pas été renouvelé. La municipalité a alors lancé 2 appels d’offres infructueux bien avant la fin de l’échéance comme stipulé dans la convention, est-il indiqué auprès de l’administration. Aucun soumissionnaire ne s’était donc manifesté. Même la société Azama Bus, qui avait pourtant le monopole d’exploitation des 6 lignes, ne s’était pas représentée. Actuellement, la concession des lignes 1 à 6 n’est pas exploitée et les lignes pas desservies. De même, les accords n’ont pas été renouvelés avec les communes d’Azemmour et de Moulay Abdellah. Parallèlement, un autre appel d’offres avait été lancé pour couvrir de nouvelles lignes (7 à 12), le 1er septembre 2006. L’objectif était de couvrir d’autres quartiers de la ville et de nouveaux lotissements comme recommandé par le cahier des charges. A l’époque, des sociétés marocaines et étrangères avaient manifesté leur intérêt pour El Jadida. L’ouverture des plis aurait permis à la même société Azama d’acquérir l’exploitation de la concession des lignes de transport urbain 7 à 12. Pour ce faire, Azama avait mis en circulation une vingtaine de nouveaux autobus.


    S’interférer et s’entrecroiser

    ACTUELLEMENT, les numéros des lignes ont changé sur les rares pancartes d’indication plantées par la société Azama. Dans la réalité, les dessertes et les itinéraires n’ont été que sensiblement modifiés. La proximité des services du transport urbain n’est pas assurée dans plusieurs quartiers d’El Jadida. Les différentes lignes, anciennes et nouvelles, s’interfèrent et s’entrecroisent et il est difficile de déterminer avec exactitude les lieux de passage des autobus, déclare un fonctionnaire de la municipalité.De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc