×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Toujours autant de pauvres qu’il y a dix ans

Par L'Economiste | Edition N°:2124 Le 06/10/2005 | Partager

. 4,3 millions de pauvres en 2004, presque autant qu’en 1994. La mortalité infantile: plus grave qu’on ne le pensaitLa voici enfin! La fameuse carte de la pauvreté actualisée s’est fait attendre. Promise pour l’été, puis pour septembre, elle ouvre l’actualité de ce début de Ramadan. Et elle n’est pas rose: en 2004, 4,3 millions d’entre nous sont extrêmement pauvres, soit 14,2% de la population(1). Le haut-commissaire au Plan fait une lecture plus qu’optimiste: «l’évolution générale des conditions de vie (ndlr: eau potable et électricité) a été à l’origine d’une baisse du taux de pauvreté de 16,5% en 1994 à 14,2% en 2004», explique Ahmed Lahlimi. Mais en réalité l’évolution doit être nuancée: il y a toujours autant de pauvres qu’il y a dix ans. Puisqu’à l’époque nous étions moins nombreux: le taux de pauvreté affichait 16,5%, pour 26 millions de Marocains (recensement 94). Selon le dernier recensement, il y a de moins en moins de pauvres en milieu urbain qu’en milieu rural. Nous n’en saurons pas plus, Lahlimi dit préférer présenter les informations au fur et à mesure. Selon le HCP, la baisse de la pauvreté a été accentuée en ville avec une chute de 2,5 points contre un point en milieu rural. Et toujours selon le HCP, depuis 1960 le taux a baissé de près de quatre fois… Sauf qu’à l’époque, nous étions 11,6 millions (recensement 1960), soit 6,5 millions de Marocains étaient pauvres. Pour résumer, en quatre décennies la population a presque triplé et la pauvreté a diminué d’un tiers.Mais un taux moyen ne dit rien. La carte du Maroc montre bien qu’il y a beaucoup de régions très pauvres. Le rouge veut dire que dans ces régions, jusqu’à 40% et plus des gens sont extrêmement pauvres. Tel est le cas de tout le flanc Nord-Est du pays. C’est-à-dire à Oujda, Figuig, Errachidia, Zagora, Tata… des zones frontalières avec l’Algérie, celles appelées «le Maroc inutile», mais aussi destinations de rêves pour les touristes: incroyable paradoxe. Marrakech et Agadir sont elles aussi dans le rouge avec un degré de pauvreté alarmant: de 30 à 40%. Toujours au-dessus de la moyenne nationale, les régions du Centre et du Nord-Ouest comptent parmi elles 20 à 30% de pauvres. Ce n’est que dans le Sud, où la population est très faible et éparse que le taux recule d’un coup (moins de 10%). Autre donnée, en général corrélée avec celle de la pauvreté: la mortalité infantile. Elle est de 47,9‰, ce qui est beaucoup plus grave que les chiffres communiqués dans le bilan du gouvernement (40‰). La mortalité infantile était de 37‰ huit ans auparavant. En ville, 38,6 enfants de moins de cinq ans décèdent pour mille naissances vivantes et en campagne, 56,7 petits de moins de cinq ans meurent pour les mêmes proportions.Ajouté au dernier indicateur qui donne 43% des Marocains de plus de dix ans analphabètes, le visage social que prend le Maroc de 2004 n’est pas très propre.


Moins d’enfants, plus de vieux

Le Maroc poursuit son remodelage démographique. Les enfants de moins de 15 ans sont de moins en moins nombreux (-7% par rapport à 94) bien qu’ils représentent toujours un tiers des Marocains. Les actifs sont plus nombreux (+5%) et il y a légèrement plus de personnes âgées (+1%). Le futur problème du financement des retraites est posé (voir www.leconomiste.com). L’utilisation de «l’aubaine démographique» que sont les personnes actives de plus en plus nombreuses sur le marché du travail est nécessaire pour ne pas en faire des chômeurs. Le Maroc, selon le jargon du HCP, est entré dans sa dernière phase démographique. En fait, nous l’avons vu, le Royaume vit un choc démographique. Le changement est plus rapide comparé à d’autres pays similaires.Mouna KADIRI-----------------------------------------------------------------------(1)Il s’agit de la pauvreté relative dont le seuil en milieu urbain est pour un ménage de 5 personnes de 56 DH par jour (1.687 DH par mois en milieu urbain) et pour une famille de 6 membres dans le rural, il est de 58 DH. Un pauvre relatif dépense moins de 11 DH en ville par jour et moins de 9 DH en campagne.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc