×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossiers

Textile-habillement : 11 milliards de DH d'exportations

Par L'Economiste | Edition N°:153 Le 10/11/1994 | Partager

La mode s'oriente vers des articles structurés. Les industriels s'intègrent mais la façon garde son intérêt pour les circuits courts. Un secteur en plein essor insuffisamment soutenu dans son effort de promotion internationale.

De l'avis de la plupart des exposants de VETMA 1994, le salon a été bien organisé: qualité et diversité des produits exposés, qualité des visiteurs. Les contacts ont été nombreux et fructueux. 352 professionnels étrangers, donneurs d'ordres, acheteurs et centrales d'achat ont visité le salon, sans compter les représentants, fournisseurs, transporteurs, agents de liaison... 50% des visiteurs sont venus de France, ce pays étant toujours le principal participant et le principal client du Maroc, qui en est son premier fournisseur hors UE.

La Grande-Bretagne vient en 2ème position, à la place qu'occupait l'Espagne l'année dernière. En effet, à cause des grèves d'Iberia beaucoup de personnes attendues de ce pays n'ont pu faire le voyage. L'Espagne vient donc en 3ème position, suivie du Portugal, de l'Italie, de l'Allemagne, du Benelux et enfin de la Suède. Du côté des exposants, au nombre de 150 dont certains exposent pour la 1ère fois, il faut noter la présence régionale : Casablanca, Rabat, Fès, mais aussi Meknès, Tanger, Marrakech.

Groupements avec spécialisation

Les grands noms de l'industrie textile marocaine constituent des groupements de 3 ou 4, parfois 5 sociétés, chacune ayant tendance à se spécialiser dans la fabrication d'un produit bien défini. Cette organisation stratégique permet de s'assurer à la fois l'atout de la flexibilité et celui de la possibilité de répondre aux commandes importantes en nombre de pièces. La plupart des entreprises employant un effectif de plus de 200 personnes, pouvant aller jusqu'à 2.500 personnes, sont tournées à 100% vers l'exportation.

Bien qu'une évolution vers l'intégration et le produit fini soit constatée, plusieurs sociétés ayant présenté leurs propres collections, une grande majorité d'industries restent spécialisées dans le travail à façon. Du reste, un nombre non négligeable d'industriels associent les 2 formes d'industries.

Les sociétés intégrées, dont la chaîne de fabrication va du tricotage à la confection en passant par la teinture, la sérigraphie et l'assemblage, vendent leurs articles aux grands distributeurs européens qui y apposent leur griffe. "Nous ne sommes pas assez prestigieux pour pouvoir vendre nos marques", dira un professionnel.

Les façonniers reçoivent les tissus et les patronages, parfois un échantillon ou un dessin et vendent le travail de main-d'oeuvre à de grandes marques internationales. Certaines entreprises se sont spécialisées dans la façon d'un article, notamment le pantalon de ville, homme ou femme, produit qui semble bien fonctionner, au détriment de la chemise qui a été abandonnée: concurrence trop vive de la part des pays de l'Est. Dans le domaine de la façon, les exportations gagnent de plus en plus les Etats-Unis et même le Japon, notamment pour l'article manteau en cachemire pour femme commandé en 1.000 pièces, signale un exposant sans donner le nom du façonnier. Le prix du travail à façon varie en fonction de la complexité de l'article: entre 18 et 20 FF, entre 40 et 50 FF, pouvant aller jusqu'à 70FF.

"J'ai la conviction que le Maroc a autant besoin des deux créneaux: le produit fini et la façon", dit M. Abdelali Berrada, président de l'AMITH. Si nous prenons l'exemple de la France, les succursalistes concentrent 30% de la distribution, en donnant du travail à façon, dans le cadre de circuits courts, et en étant ainsi à l'origine de leurs propres collections, de leur propre style". Une manière aussi, explique-t-il, pour les centrales d'achat, de contrer le concurrence et la guerre de prix.

Niches porteuses, à condition de réagir vite

L'exposition s'est caractérisée par une nette évolution des produits ainsi que du niveau de qualité, et par une prédominance de l'article structuré (costumes, tailleurs, manteaux, vestes....), constate M. Berrada. "Ce genre d'articles, élaborés, à forte valeur ajoutée, nécessite un finissage bien précis: il ne pardonne aucun défaut, exige une finition irréprochable au niveau de la couture et de la presse. Ils requiert également des équipements particuliers, non reconvertibles, ne pouvant être utilisés pour d'autres types de produits". Ce qui revient à dire que les articles élaborés sont ceux de l'avenir, ajoute M. Berrada.

Les créneaux porteurs sont désormais ceux des petites séries, et en circuits courts.

En effet, les collections ne sont plus étendues dans le temps ou bien à thèmes; ce sont des collections en permanence, en perpétuel changement, multipliant sans cesse les variations autour d'un même modèle. Ce qui invite les entreprises à réagir dans des délais rapides, à condition de pouvoir disposer rapidement des matières premières. "Sur ce point, insiste M. Berrada, un nouveau bond de notre production en circuit court passe par une simplification des procédures douanières, devant permettre un dédouanement à l'import le jour même d'arrivée de la marchandise". Plus que cela, clame-t-il, la rapidité des livraisons constitue une condition primordiale de notre compétitivité.

Les Asiatiques dédouanent les produits dans les bateaux, les USA dans les avions, l'Inde observe des délais de livraison plus courts que les nôtres... C'est dire que la notion de distance n'existe plus, et cela risque de remettre en question celle de la proximité.

VETMA, aujourd'hui seul vecteur de promotion du secteur, reçoit le soutien unique du CMPE et de la SMAEX. M. Berrada déplore que la RAM n'ait pas "daigné" répondre à l'appel de l'AMITH. "La promotion internationale de VETMA a des retombées sur tout l'environnement économique. Tout le monde a intérêt à ce que ce secteur se porte bien et se développe", fait remarquer M. Abderrahmane Atfi, marketing-manager de l'AMITH.

En effet, le textile-habillement est la première industrie de transformation du pays; elle emploie plus de 180.000 personnes, exporte pour une valeur de 11 milliards DH, soit 30% de la totalité des exportations, investit en moyenne annuelle depuis 1977 environ 200 millions DH.

B.L.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    marea[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc