×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Tanger/tourisme
    Les hôteliers retrouvent le moral

    Par L'Economiste | Edition N°:2820 Le 15/07/2008 | Partager

    . Le marché espagnol très dynamiqueLes professionnels touristiques de la ville de Tanger sont contents. Les derniers chiffres de la fréquentation touristique pour le mois de mai sont excellents et permettent d’augurer d’une très bonne saison estivale. Après un mois d’avril en demi-teinte, mai se place en très bonne position avec une progression de 11% des nuitées par rapport à la même période de l’an dernier. La croissance est supérieure à celle constatée à l’échelle nationale qui s’est contentée de 4%. Le cumul de la croissance depuis le début de l’année est lui aussi positif avec 6% sur les cinq premiers mois de 2008. La croissance est due en grande partie aux résidents qui représentent plus de la moitié des visiteurs de la ville. Ces derniers ont vu la part de leurs nuitées augmenter de 14%, soit un peu plus de 31.500 visiteurs avec un cumul depuis le début de l’année de 140.000 nuitées. Pour les non-résidents, la croissance a été de 10% pour le seul mois de mai. La palme revient, sans surprise, au marché espagnol qui règne en maître sur la destination. Ce dernier a augmenté de près de 49% pour atteindre près de 14.000 nuitées en mai. La variation est due, selon un opérateur, à la mobilité des vacances de la «Semana Santa» (Pâques) qui ont provoqué un glissement des déplacements d’avril vers mai. Les chiffres cumulés laissent par contre afficher une croissance non négligeable de 12% par rapport à 2007, ce qui démontre la santé du marché. Le taux d’occupation se situe quant à lui à 56%, un chiffre que l’on espère largement dépasser en été. La forte demande entraînant même souvent un phénomène d’overbooking en été à Tanger. Par ailleurs, les touristes français ont été moins nombreux à visiter la ville en cette période. En matière de nuitées, on enregistre une chute de 6% sur ce marché. Et tout au long de l’année, ce dernier a d’ailleurs stagné avec une croissance négative de 1%. A Tétouan, les variations ont suivi la même direction mais avec des écarts plus tendus. La ville de la colombe blanche a affiché un spectaculaire bond de 52% en matière de nuitées classées en mai.La croissance sur l’année a elle aussi connu un résultat positif avec 16% par rapport à 2007. Selon le même schéma que Tanger, la croissance est imputable à l’excellent comportement des résidents avec une croissance de 52% suivis par les non-résidents avec 47%. Ce segment renferme par contre la plus forte augmentation avec 97% pour les Espagnols qui ont redécouvert la région. Ces chiffres ont permis de renflouer légèrement le taux d’occupation des hôtels de la ville. Il est passé en mai à 32%, augmentant de 9 points par rapport à 2007. Ce qui reste excellent pour une destination très saisonnière centrée autour des mois de juillet et d’août. De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc