×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Tanger: Une ville nouvelle à Ksar Sghir

    Par L'Economiste | Edition N°:1980 Le 17/03/2005 | Partager

    . Les deux communes mitoyennes de Ksar Sghir et Ksar Majaz auront un statut de ville. Lancement d’un concours d’aménagement auprès des architectesC’est vers la région de Ksar Sghir que les regards sont tournés actuellement. Ce site de pêcheurs est actuellement appelé à subir de profondes mutations, surtout après l’installation du projet du port Tanger-Méditerrannée. Ce “mégaprojet” est appelé à bousculer, dans le bon sens, le développement d’une région et même d’un pays en entier. La bourgade de Ksar Sghir-Ksar Majaz est aussi appelée à devenir le futur chef-lieu de la province Fahs Anjra, créée au lendemain des élections de 2004. La métamorphose entre dans le cadre de l’opération de création de villes nouvelles menée par l’Etat. Cette province englobe l’aire d’influence du projet Tanger-Med et devra lui servir de berceau. Pour ce, les autorités ont lancé un concours d’aménagement du futur noyau urbain. Le concours est lancé par la préfecture de Fahs Anjra et est piloté par l’Agence urbaine de Tanger. Il est doté d’un premier prix de 200.000 DH avec quatre prix spéciaux de 50.000 DH pour les thèmes du traitement du littoral et de la conception de la relation entre le pôle urbain et le complexe portuaire, entre autres. L’aménagement gagnant servira de base pour la réalisation du plan d’aménagement de la zone. En effet, lors du lancement de l’opération d’aménagement, le bureau d’études désigné aura pour thème de référence le travail primé. Les prix seront financés dans le cadre d’une convention de partenariat signée entre l’Agence de développement du Nord, la direction centrale des collectivités et TMSA (l’agence TangerMed). Il est à noter que, selon l’Agence urbaine de Tanger, la nature du terrain représente le défi le plus important pour l’aménagement de ce site. La majeure partie des 990 hectares intéressés par l’aménagement du site de Ksar Sghir est en effet de nature escarpée avec des dénivellations importantes. La principale voie actuelle de Ksar Sghir, si elle offre une magnifique vue sur la mer, n’en reste pas moins située au bord d’une falaise d’une dizaine de mètres. Selon l’Agence urbaine, il est question de réaliser “un aménagement urbain harmonieux en respect des infrastructures liées au complexe portuaire”. L’autre défi reste celui du statut juridique des terrains. Pour la seule commune de Ksar Sghir, seule 0,78% de la surface est immatriculée, 1,82% en cours alors que le reste, soit 97,4% de la surface ne le sont pas. Cet état de choses n’est pas de nature à aider dans l’aménagement et le développement de la zone. Mais selon toute vraisemblance, le foncier devra être apuré d’un seul bloc. L’Etat devra procéder à une expropriation et ce sera à un organisme, telle la CDG ou TMSA, de s’en charger.


    Ksar Sghir et Ksar Majaz

    Ksar Sghir était depuis longtemps une sorte de Berlin à la marocaine. La bourgade était divisée par la nature, par un oued, une séparation que les hommes ont reprise. Ksar Sghir était en fait formé de deux communes, rurales, la première dépendait de la wilaya de Tanger et la deuxième, Ksar Al Majaz, de celle de Tétouan. Elles étaient séparées par la margelle du pont de l’oued. Une situation qui frisait le ridicule. Depuis les élections de 2004, les autorités ont rectifié le tir en regroupant les deux communes au sein de la préfecture de Fahs Anjra, rattachée à la wilaya de Tanger. De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc