×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Tanger-Med à la recherche de financements

    Par L'Economiste | Edition N°:1689 Le 22/01/2004 | Partager

    . L'investissement total est estimé à 12 milliards de DH . Des fonds marocains et étrangers sont déjà prévus dans le tour de tableAucun effort n'a été ménagé par les responsables de l'Agence spéciale Tanger-Méditerranée (TMSA) pour vanter les atouts du projet du port de Tanger-Med lors de la réunion organisée le 20 janvier à Casablanca par la CDG. Objectif: attirer les fonds d'investissements internationaux. La présentation du projet ainsi que des modalités d'attribution de la concession du quai à conteneurs a été effectuée devant un parterre composé de gestionnaires de fonds d'investissements, de banques d'affaires et d'institutions financières nationales et internationales. La concession inclut également la prise en charge par le concessionnaire des investissements relatifs aux superstructures et équipements du quai ainsi que l'exploitation du terminal pour une durée de trente ans. Le port dont la mise en service est prévue pour le 1er septembre 2004 nécessite un investissement de 12 milliards de DH. Des fonds étrangers et marocains sont déjà prévus dans le tour de table: le Fonds Hassan II (2 milliards de DH), le Fonds d'Abou Dhabi (3,3 milliards) et le Fonds koweïtien (3,9 milliards). Le secteur privé devrait prendre en charge près de 2 milliards de DH dans le cadre de concessions.Le projet couvre un territoire de 500 km2 sur les rives du Détroit de Gibraltar dont un port érigé en eau profonde et de zones franches logistique (90 ha), industrielle (600 ha), commerciale (200 ha) ainsi que des projets touristiques.Les infrastructures qui desserviront ces espaces de développement portent notamment sur 61 km d'autoroute pour relier le port au tronçon Casablanca-Tanger. Et aussi 45 km de voie ferrée, des axes de voies expresses régionales et un barrage sur Oued R'Mel. D'autres projets dans les domaines touristique, urbanistique et des activités de service seront réalisés ultérieurement.Créée le 10 septembre 2002, la TMSA est chargée de la réalisation du projet Tanger-Méditerranée pour le compte de l'Etat.Rappelons que l'adjudicataire de l'appel d'offres pour la construction de la première tranche du projet (pour 2,42 milliards de DH) est la société française Bouygues. La TMSA, quant à elle, s'occupe du suivi des travaux de construction. Titanesque, le projet prévoit la mise en place d'un port en eau profonde dédié essentiellement aux activités de transbordement de conteneurs, du transport TIR, céréales et de marchandises diverses en plus d'une activité “passagers”. Il est prévu d'y adosser une zone franche logistique de près de 98 hectares. Cette dernière servira à l'entreposage des marchandises et à des activités de transformation légères. D'autres zones franches axées vers les activités industrielles dédiées à l'export sont prévues dans la région Tanger-Tétouan. L'un des points forts du projet reste la mise en place d'une zone franche à Fnideq étalée sur plus de 125 hectares. Cette dernière, en gestation depuis quelques années (cf. www.leconomiste.com) a été remise sur le tapis.


    Retombées bénéfiques

    La zone bénéficiera d'un équipement à la hauteur en matière d'infrastructure digne d'un tel projet, avec une connexion directe à l'autoroute du Nord Tanger-Rabat, en plus d'une liaison ferroviaire entre Tanger et le complexe port et zone franche. Le projet prend la relève de Tanger-Atlantique et est destiné à profiter de l'important trafic en matière de transbordement caractérisant la Méditerranée actuellement. Outre l'infrastructure, les retombées de Tanger-Méditerranée seront importantes, que ce soit au niveau de l'investissement industriel avec les zones franches ou dans l'emploi. Ainsi, ce sont plus de 120.000 emplois à terme qui seront créés directement ou indirectement par le port. F. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc