×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 173.579 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 213.013 articles (chiffres relevés le 31/5 sur google analytics)
Economie

Tanger: Amendis présente sa station de dépollution

Par L'Economiste | Edition N°:3390 Le 25/10/2010 | Partager

. Les niveaux de pollution de la baie devenus plus acceptables . Coût global de l’unité: 400 millions de DHUNE pierre de plus pour la protection de l’environnement dans la ville de Tanger. Amendis, en charge de la gestion délégué des services d’eau, électricité et assainissement de Tanger a présenté la semaine dernière son expérience en matière de protection de l’environnement. Et c’est essentiellement dans l’assainissement liquide qu’Amendis entend se démarquer, selon Abdenbi Attou, directeur exécutif d’Amendis Tanger qui intervenait lors des journées du développement durable organisées par l’Association marocaine pour un environnement durable, AMED. Pour ce dernier, la station de dépollution constitue le couronnement de plusieurs années de travail au sein de la ville de Tanger. Pleinement opérationnelle depuis quelques mois, elle a déjà permis de ramener la pollution de la baie à des niveaux plus raisonnables. La station est située à proximité immédiate de l’un des principaux points de rejet, celui de Bouknadel à quelques centaines de mètres de l’enceinte du port de Tanger. Le coût total de la station a été de 400 millions de DH, dont un peu moins de la moitié a été déboursé au titre de la construction. Cette unité a été installée sur une plate-forme gagnée à la mer. Elle assure un traitement primaire de l’eau après filtration. La capacité de traitement est d’environ 3,8m3 d’eau par seconde, soit 200.000 m3 par jour. Les eaux usées sont d’abord filtrées par des grilles spéciales avant de passer à une étape d’élimination des déchets, sables grossiers et huiles. A la sortie, l’eau a été débarrassée d’une bonne partie de ses polluants. Elle est ensuite pompée dans un émissaire marin de 2,3 kilomètres pour être rejetée au milieu de puissants courants maritimes à 42 mètres de profondeur. Ces courants assurent un brassage des effluents et évitent que les eaux retournent vers le littoral. Selon Amendis, le système mis en place est évolutif et devrait permettre de subvenir aux besoins de la ville jusqu’en 2027. Il devra aussi aider à préserver l’environnement en garantissant la propreté et la salubrité de la baie de Tanger. Déjà, la totalité des travaux satellitaires a été effectuée, avec l’interception des rejets sauvages et leur connexion à la station de traitement de Tanger. Au total, le système d’assainissement a coûté 600 millions de DH. Lors de ces journées de développement durable, plusieurs entreprises ont présenté leurs expériences en matière de protection de l’environnement et de production propre. C’est le cas notamment de Metragaz, filiale du groupe espagnol Gas Natural Fenosa. Metragaz est en charge de la gestion du Gazoduc Maghreb-Europe, l’une des principales sources d’énergie propre du sud de l’Europe.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc