×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Suzuki intéressé par des opportunités d'investissement au Maroc

    Par L'Economiste | Edition N°:508 Le 17/05/1999 | Partager

    · Le chairman de Suzuki en visite au Maroc
    · Une étude d'opportunité en cours
    · Le Japonais produit l'équivalent de 36 fois le marché automobile national


    Suzuki envisagerait-il des projets d'investissements au Maroc? En tout cas, le grand manitou de la firme japonaise, le chairman Yoschio Saito, a saisi l'occasion de son passage en Espagne pour faire un crochet par le Maroc, histoire peut-être de prendre le pouls d'un marché qui croît rapidement certes, mais dont le volume reste pour le moins discret eu égard à la capacité de production du groupe. Pour les voitures seulement, les 856.000 unités produites par Suzuki en 1998 représentent plus de 36 fois le volume global du marché marocain (24.074 voitures écoulées en 1998). Ceci sans com-pter la production de motocycles et d'autres produits du cons-tructeur japonais.
    Suzuki n'en est pas rebuté pour autant. "Nous gardons confiance dans le développement du marché automobile marocain qui reste de loin le plus intéressant au Maghreb", précise M. Saito. Une étude serait en cours actuellement pour évaluer l'opportunité d'un investissement industriel au Maroc. "La décision dépendra avant tout des facilités accordées par le gouvernement marocain", ajoute M. Saito.
    Mais il faut rester lucide, se rattrape le numéro un de Suzuki. "Il sera très difficile de concurrencer le built-up, car la compétition devient de plus en plus ardue entre constructeurs".
    Pour l'instant, le chairman du spécialiste nippon de la petite voiture et du 4x4 est plutôt satisfait du développement de sa marque au Maroc. La carte a choisi de changer de représentant en décembre 1998. Du giron de Saïda Star Auto, Suzuki est passé au groupe saoudien Bamaaroufe qui a créé une unité distincte, Suzuki Maroc.
    Depuis, l'accueil du marché a été plutôt favorable. Selon les statistiques de l'AIVAM (Association des Importateurs de Véhicules Automobiles Montés), le concessionnaire a réalisé 101 ventes sur le premier trimestre de l'année 1999.
    Faible quantité? Peu importe, réplique M. Yoschio Saito. L'important, ajoute-t-il, c'est d'offrir au consommateur marocain "un produit d'excellente qualité qui réponde à toutes ses exigences. Le volume viendra après", conclut M. Saito.
    C'est d'ailleurs la politique adoptée par la multinationale dans tous les marchés où elle s'est implantée. Suzuki est présent actuellement sur plus d'une soixantaine de pays, avec des sites industriels en Inde, en Hongrie ou en Egypte notamment.

    Ghassan KHABER

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc