×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Politique et affaires: L'UGEP veut réorganiser ses structures

    Par L'Economiste | Edition N°:508 Le 17/05/1999 | Partager

    · L'UGEP se considère comme "le syndicat patronal le plus représentatif en nombre"
    · Des journées d'étude sur la Loi de Finances prévues pour bientôt


    L'UGEP (Union Générale des Entreprises et des Professions) a tenu samedi dernier sa première réunion après la constitution du nouveau bureau depuis 5 mois. Etait présent à cette manifestation le secrétaire général du Parti de l'Istiqlal, M. Abbas El Fassi. Ce dernier a affirmé le soutien de son parti à l'UGEP. Ont également fait partie l'assemblée de l'UGEP l'ancien président M. Abdelhak Tazi ainsi que des istiqlaliens membres du gouvernement, à savoir MM. Youssef Tahiri et Rachid Filali.
    "Notre objectif est de faire de cette organisation la première force économique au Royaume", a indiqué M. Abdellah Yacoubi, président de l'UGEP. Ce groupement veut réorganiser ses structures et surtout réactiver les bureaux régionaux et assurer la meilleure coordination avec les instances centrales de l'UGEP. De nouvelles cartes d'adhésion ont été créées. Un nouveau projet de statut a été présenté aux membres de l'UGEP pour étude. Ce projet est axée du les aspects humains, financiers et organisationnels de l'UGEP.
    M. Yacoubi a rappelé la rencontre que le nouveau bureau de l'UGEP avait eues au mois de janvier dernier avec M. Abderrahman Youssoufi. Des recommandations ont été présentées au Premier ministre qui a reçu également un rapport sur les conditions de vie des entrepreneurs. "Les petites et moyennes entreprises agonisent faute d'environnement favorable", a ajouté M. Yacoubi.
    Pour lui, les entreprises ne ressentent pas de changements avec le nouveau gouvernement qui a hérité de la même politique que ses prédécesseurs. Le président de l'UGEP prévient des conséquence graves sur l'économie nationale que peut engendrer l'ouverture brutale des frontières.
    L'UGEP estime que son point fort est sa grande représentativité. "L'UGEP n'a pas la même puissance financière que la CGEM, mais elle dispose d'une grande masse populaire. Il faut constituer une force sur ce plan pour imposer son point de vue au gouvernement", a noté M. Abbas El Fassi. Et d'ajouter qu'il faut créer aussi des relations avec des associations et des groupements similaires à l'étranger.
    Rappelons que l'UGEP est une organisation créée en 1957 et régie par le Dahir des syndicats. Elle regroupe les petites et moyennes entreprises (y compris les entreprises individuelles) et les professions. Figure au programme de l'UGEP à court terme l'organisation de journées d'étude sur la loi de finances.

    Hicham RAÏQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc