×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Sortie réussie de l'ODEP sur le marché de la dette privée

Par L'Economiste | Edition N°:1722 Le 10/03/2004 | Partager

. L'emprunt obligataire de 700 millions de DH souscrit plus de 3 fois. Il sert à financer une partie du coût de transfert de la caisse de retraite “Première sortie réussie pour l'ODEP sur le marché financier marocain, d'autant plus que nous n'avons pas fait jouer la garantie de l'Etat”, soulignait Mustapha Barroug, son directeur général, lundi 8 mars à Casablanca. L'émission obligataire de l'ODEP (Office d'exploitation des ports) a porté sur 700 millions de DH et a été souscrite 3,28 fois. Les 7.000 titres proposés par l'ODEP sont d'une maturité de 5 ans au taux de 5,2%. Ils portent une prime de risque de 100 points au-dessus du taux facial des bons du Trésor à 5 ans. Les obligations sont assorties d'un mode d'amortissement annuel constant. Le syndicat de placement est constitué de la Banque Centrale Populaire, comme chef de file, et de Wafa Trust et de Wafa Bourse comme cochefs de file. La période de souscription a été ouverte du mercredi 25 au vendredi 27 février 2004. Mais il a suffi justement de la première journée pour boucler l'opération. Une réussite qui s'explique par la surliquidité chronique qui persiste sur le marché monétaire et le manque d'opportunités de placement en raison de l'atonie du marché de la dette privée. Décidé en juillet 2003, cet emprunt servira au financement d'une partie des 2,3 milliards de DH qu'a nécessités le transfert de la caisse interne de retraite vers le Régime collectif d'allocation de retraite (RCAR). Le reliquat du coût de financement de ce transfert est assuré par des fonds propres. Mustapha Barroug a déclaré que le transfert de la caisse interne de retraite de son office est effectif depuis le 31 décembre 2003. Le calendrier d'exécution de cette opération a été arrêté en juillet 2003, lorsque la CDG et l'ODEP ont signé l'accord fixant les termes du transfert de sa caisse vers le RCAR. Le transfert concerne environ 3.420 agents et fonctionnaires et quelque 3.300 retraités de l'Office. Ces salariés sont affiliés aussi bien au régime général que complémentaire du RCAR. L'ODEP leur a également contracté un produit de retraite complémentaire, Recore, commercialisé et géré par la CNRA (Caisse nationale de retraite et d'assurance). Les nouvelles cotisations des salariés de l'ODEP sont faites depuis septembre 2003 auprès du RCAR. Barroug a rappelé lors de sa présentation que le transfert de cette caisse vers le RCAR a été l'unique alternative pour assurer son équilibre à très long terme: “Bien que nous nous inscrivions dans le choix du gouvernement d'externaliser les caisses internes des offices, les études menées au niveau de l'ODEP montrent une dégradation continuelle du rapport actif/retraité depuis plus de cinq années”. Ce rapport a atteint en 2002 un peu plus d'un actif pour un retraité.


Etude actuarielle

L'Office est intervenu deux fois pour rééquilibrer les finances de sa caisse. En 1992, une étude actuarielle avait commandé le relèvement du taux de cotisation. Puis une autre réalisée en 1994 avait conclu à la mise en place de mesures complémentaires comme l'apport en réserve de 250 millions de DH sur une période de cinq ans.Bouchaïb EL YAFI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc