×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Solaire: Le chemin vers la labélisation

Par L'Economiste | Edition N°:288 Le 10/07/1997 | Partager

Les capteurs solaires se développent rapidement en Europe depuis la mise en place de la garantie des résultats solaires. Au Maroc, l'idée commence à faire son chemin.


«La vrai raison de la désaffection pour le solaire est une contre-performance des instal-lations», indique M. André Joffre, directeur général de Tecsol, lors d'une rencontre avec l'AMGEE sur la garantie des résultats solaires: thermique et photovoltaïque le 3 juillet. Ce sont ces mêmes raisons qui expliquent que le dévelop-pement du solaire reste encore timide au Maroc. L'origine du mal est bien connue, le remède fut facile à trouver. Il s'agit simplement d'introduire un concept de garantie des résultats solaires. Le résultat est efficace, il a permis un développement du solaire en Europe. A titre d'exemple, la Grèce installe chaque année 100.000 m2 de capteurs et l'Allemagne 300.000 m2.
Séduite par le concept et par le souci de protection de l'environ-nement, la Commission Euro-péenne estime qu'il est important de le répandre et encourage l'initiative. Au Maroc, la croissance du solaire comme le concept de garantie reste encore embryonnaire. Les initiatives demeurent parcellaires et très ponctuelles. Le Ministère de l'Energie et des Mines, en collaboration avec le PNUD et les professionnels du secteur, développe un programme articulé autour de trois axes: la production d'eau chaude sanitaire par énergie solaire, le photovoltaïque et le bois de feu.

A côté de cela, la Banque Mondiale, à travers sa filiale la Société de Financement Interna-tional, lance un programme d'appui au développement de l'énergie solaire au Maroc. Elle met à la disposition de toute initiative du secteur privé un fonds d'investissement de 5 millions de Dollars visant le développement du marché des systèmes solaires photovoltaïques. Cette initiative vise à renforcer les flux de financements afin «de permettre à long terme des opérations commerciales durables et montrer que le photovoltaïque constitue réellement une alternative complémentaire des sources d'énergies traditionnelles», ex-plique M. Naïm Lahlou, directeur de Citech Ingenierie.

Label qualité


Ce projet est subdivisé en deux phases: évaluation du marché photovoltaïque actuellement en cours et mise en oeuvre ultérieurement. Au cours de la phase de mise en oeuvre, environ 25 millions de Dollars sont alloués par le programme GEF-Global Environment Facility- à trois pays pilotes: l'Inde, le Kenya et le Maroc. Ces fonds seront employés pour le financement d'investissements directs des projets novateurs. Ces investissements viseront à stimuler la formation de joint-ventures et promouvoir les partenariats entre le secteur privé et l'état.
Mais en fait le point sensible est déjà l'évaluation du marché photovoltaïque. Préalablement, il est nécessaire de réhabiliter les installations existantes. Le consensus est total sur ce point.
Quant au développement du concept de garantie des résultats, il s'est bien généralisé en Europe et même en Tunisie et au Liban.
Au Maroc, il vient de faire son entrée. L'expérience des autres pays a démontré qu'à l'origine il était mal perçu par les fabricants de capteurs solaires. En revanche, les clients étaient très réceptifs.
C'est clair, «celui qui ne fait pas son boulot doit indemniser l'utilisateur», indique M. Joffre.
En principe, sur la base d'un contrat signé avant la réalisation du système solaire, le bureau d'études, le fabricant, l'installateur et l'exploitant s'engagent à ce que celui-ci fournisse annuellement une certaine quantité d'énergie d'origine solaire.

Le concept lui-même vise un triple objectif: la mise en place d'un contrat-type «garantie de résultats» avec le concours de tous ceux qui ont développé l'outil, la diffusion d'un label au niveau européen et des pays tiers, et enfin l'élargissement et le développement de ce concept à d'autres formes d'énergies.
«Le contrat garantie de résultats solaires présente de multiples avantages», signale M. Lahlou. Le maître d'ouvrage ou l'utilisateur se voit garantir la fourniture d'une certaine quantité d'énergie chaque année. L'amortissement de l'investissement est ainsi également garanti. Le fonctionnement du système solaire est suivi en permanence afin que toute anomalie soit immédiatement signalée. Ensuite, il y va de l'intérêt du groupement technique d'effectuer des réparations rapides afin d'éviter les dédommagements éventuels.

Fatima MOSSADEQ

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc