Affaires

SGTM fait une percée dans la promotion immobilière

Par L'Economiste | Edition N°:2876 Le 08/10/2008 | Partager

. Des projets balnéaires, résidentiels au programme. Mais les grands travaux restent la principale activité Décidément rien ne semble arrêter la SGTM (Société générale des travaux du Maroc). Engagée dans une série de gros projets d’infrastructures et de bâtiment aux quatre coins du pays, elle est aussi présente dans la promotion immobilière: immobilier de loisirs, résidences, immobilier balnéaire... S’agit-il d’un nouveau positionnement pour le spécialiste du bâtiment? Pas du tout, se défend-on du côté du management. «Des opportunités se sont présentées dans le foncier, nous les avons tout naturellement saisies», précise la directrice de communication, Jihane Kabbaj. Pourtant, on ne compte plus les projets et programmes à l’actif de la filiale SGTM-Immobilier, que ce soit dans le résidentiel ou le touristique. D’ailleurs, la constitution d’un important patrimoine foncier à travers le pays et le montage de plusieurs opérations ont marqué les débuts du développement de la filiale, créée en 2006. Cette dernière a pour mission de piloter différentes activités dont l’immobilier de loisirs. Créneau sur lequel l’entreprise, habituée aux gros chantiers, a déjà signé une convention avec l’Etat pour la réalisation à Marrakech d’un vaste programme incluant 3 unités hôtelières de luxe, 350 villas, 1 golf et 1 cours de polo. A côté, la filiale explore aussi le filon des résidences et appartements moyen standing avec un programme de 1.000 appartements dans la ville nouvelle de Tamesna et 1.000 autres à Fès. L’immobilier balnéaire n’est pas en reste. Il figure en bonne place sur l’agenda de l’entreprise qui est impliquée dans la réalisation de villas et un établissement hôtelier dans le cadre de la station Port-Lixus (Larache). Ceci dit, insiste la directrice de communication, SGTM reste concentrée sur son cœur d’activité, à savoir le bâtiment et les infrastructures. Un domaine où l’entreprise cumule près de 4 décennies d’expérience et où son expertise est désormais bien attestée. En témoigne son palmarès de réalisations et ses références dans le bâtiment ou les infrastructures. L’année 2008 a démarré sous de bons auspices avec le démarrage de plusieurs chantiers prestigieux dont le pont Moulay El Hassan sur le Bouregreg, la tour Maroc Telecom, nouveau siège de l’opérateur historique à Rabat, le passage souterrain du bd Roudani à Casablanca, le terminal à conteneurs (Eurogate) dans le cadre du port TangerMed, des viaducs pour l’ONCF et Autoroutes du Maroc ou encore de grandes voies de contournement ou de liaison comme la RN16 Tanger-Sebta. Depuis 1971, date de sa création, la Société générale des travaux du Maroc (SGTM) s’est spécialisée dans le bâtiment et les travaux publics. Rappelons que SGTM est une entreprise familiale créée par deux frères, Ahmed et M’hamed Kabbaj, tous deux ingénieurs de formation. Ils en sont les principaux actionnaires. Depuis le début des années 80, l’entreprise s’est vue confier la réalisation de chantiers de taille. Parmi eux, des hôtels de luxe à Agadir, Marrakech, dont la rénovation «exceptionnelle» de la Mamounia, et Casablanca (Hyatt Regency, Sheraton). Ou encore, l’aéroport Mohammed V, des sièges sociaux dont celui de la Banque Populaire, des sites industriels notamment pour l’OCP ainsi que plusieurs lots dans la construction de la Grande Mosquée de Hassan II. SGTM continue sur sa lancée, consolidant sa réputation et visant toujours plus haut en s’attaquant à des projets de grande envergure. Parmi ceux-ci, des références comme l’Université Al Akhawayn et la faculté de droit de Settat, le siège des Affaires étrangères à Rabat, les Twin Center, la station de transfert d’énergie par pompage d’Afourer (cf. www.leconomiste.com), les équipements du grand stade de Marrakech... Des réalisations qui vont asseoir définitivement la notoriété de l’entreprise et la positionner en tant qu’acteur de référence.


Principaux marchés remportés en 2008

Siège Maroc Telecom. Ce projet est constitué d’une tour de 20 niveaux en superstructure et de deux niveaux en infrastructure. Il compte un parc de stationnement en infrastructure constitué de 4 niveaux de sous-sols d’une capacité de 394 véhicules ainsi qu’un auditorium d’une capacité de 600 places. Le montant des travaux, entamés en août dernier, est de 465 millions de DH. Pont Moulay El Hassan pour le compte de l’Agence du Bouregreg. Le montant des travaux, entamés le 23 décembre 2007, est de 820 millions de DH. L’ouvrage, conçu par l’architecte ingénieur Mimram, vise à fluidifier le trafic routier par la construction de deux triples voies, outre une plateforme du tramway, qui relira les villes de Rabat et Salé.Centre tertiaire intermodal TMSA où les travaux ont commencé début juillet dernier pour un délai de 18 mois. Le montant des travaux est de 250 millions de DH.Barrage Zerrar destiné à la protection de la ville d’Essaouira contre les crues. Il permettra l’alimentation en eau potable et industrielle de la ville, des centres avoisinants et de la station balnéaire Mogador ainsi que l’irrigation de 960 ha dans le périmètre du Ksob. Le montant des travaux est de 550 millions de DH et son délai de réalisation de 45 mois. Marina Casablanca «Portes Océanes» pour le compte de la CGI, filiale de CDG Développement. Le montant des travaux s’élève à quelque 240 millions de DH. Le secteur Portes Océanes de la Marina Casablanca englobe des immeubles à vocation touristique côté océan et des immeubles de services côté ville. Marocco Mall que l’on ne présente plus pour le compte d’Al Amine. Le délai du chantier est estimé à 9 mois. Khadija EL HASSANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc