×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Settat: Des agences BAM pour promouvoir l’emploi rural

Par L'Economiste | Edition N°:2092 Le 23/08/2005 | Partager

. Des contractuels sont recrutés et formés pour collaborer dans des zones enclavées. D’importantes marges financières pour garantir la qualité des servicesEn plus des indemnités mensuelles, Barid Al-Maghrib (BAM) vient d’accorder, pour la première fois, des chèques libellés de montants, il faut le dire, incitatifs en faveur des gérants des agences postales implantées dans le rural. Ces premiers chèques ont été octroyés à des agents dans la région de Béni-Mellal relevant de la région Settat selon le découpage administratif de BAM. Les sommes allouées ont été comptabilisées sur la base des réalisations et de la commercialisation des produits de la poste. Les gérants d’agence originaires de zones enclavées sont des diplômés qui sont recrutés et formés pour assurer les différentes prestations de ce service public. Contractuels, agréés au préalable par les autorités, ils disposent d’un local généralement cédé par la commune concernée. Du mobilier jusqu’au coffre fort, les aménagements et les équipements sont effectués par BAM. Tous les produits de la poste sont ainsi assurés par la structure. Et depuis l’année en cours, ces collaborateurs se sont vu confier d’autres responsabilités en plus des services conventionnels comme la vente de timbres-poste, la réception et la distribution du courrier. Dans ces agences du rural au statut particulier peuvent désormais se traiter des opérations postales et financières comme les émissions et payements de mandats électroniques, l’encaissement des factures téléphoniques ou encore l’abonnement aux boîtes postales. Ces services permettent de recevoir des mandats et des colis dans les meilleurs délais à la satisfaction des familles des Résidents marocains à l’étranger. Il est à rappeler que la création de ces agences entre dans le cadre de l’aménagement du territoire. Il s’agit du désenclavement de zones à accès difficiles en favorisant une amélioration économique et sociale. Ces agences postales sont en augmentation constante. Au niveau national, de 691 établissements en 1998, leur nombre est passé à 813 actuellement. Un taux donc de 17 agences par an. Comme mesures financières incitatives, les contractuels reçoivent 35% des ventes de boîtes postales et 5% des recettes sur les timbres postaux. Les gérants particulièrement entreprenants bénéficient, en plus, d’autres indemnisations variant entre 21 et 40% selon le trafic postal et la catégorie de l’agence.A la satisfaction de la population, la distribution du courrier a été confiée à des itinérants. En outre, le virement des mandats depuis le territoire national ou de l’étranger ne dépasse plus les 10 mn, est-il affirmé auprès de BAM.


Premières bénéficiaires: 3 femmes.

Les gérants des agences rurales au statut particulier ont bénéficié d’importantes augmentations calculées depuis janvier 2005. Ce sont trois femmes de la région de Beni-Mellal qui ont été les premières bénéficiaires. La gérante de l’agence postale de Ouled Youssef a ainsi reçu la somme de 47.000 DH, celle de Sidi Issa, relevant de la commune rurale Sebt Ouled Nema, une somme de 16.480 DH et enfin celle d’Oulad Siad de Kasbat Tadla 10.440 DH. A noter qu’un nombre important de migrants est originaire de cette région.De notre correspondant, Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc