×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprise Internationale

    Saluant ses résultats de 1991 : Nestlé va proposer une augmentation de capital

    Par L'Economiste | Edition N°:73 Le 01/04/1993 | Partager

    Le groupe agro-alimentaire suisse Nestlé a réalisé en 1992 un bénéfice net de 2,69 milliards de Francs suisses, en hausse de 9,2% sur 1991. Son chiffre d'affaires a progressé de 8% à 54,35 milliards. Abstraction faite du Brésil où les ventes ont reculé, le chiffre d'affaires aurait progressé de 4,2% . "Cette croissance est d'autant plus satisfaisante qu'elle a été réalisée dans un climat économique morose dans de nombreuses régions du monde" souligne le groupe. Suite à ces performances, Nestlé a annoncé un relèvement de son dividende. Celui-ci va passer de 21,5 Francs suisses à 23,5 par action et de 43 à 47 Francs par bon de participation.

    Compte tenu de ces résultats, le géant helvétique va proposer, le 27 mai prochain, à ses actionnaires une augmentation de capital. Quelque 1.552.000 actions nominatives, qui seront émises à raison d'une nouvelle action pour 25 anciennes, nominatives ou au porteur, ou de 2 nouvelles pour 25 bons de participation, devraient être ainsi créées. Cette augmentation, dont les modalités seront définies ultérieurement, doit porter sur 4% du capital environ.

    Le groupe va en outre suggérer à ses actionnaires de procéder à une simplification de la structure du capital dans le but d'"augmenter la liquidité du marché des titres de la société". A terme, Nestlé ne devrait plus conserver qu'une catégorie de titres, les actions nominatives, comme c'est le cas dans la grande majorité des sociétés internationales". Il devra donc en supprimer deux autres: les actions au porteur et les bons de participation qui ne confèrent aucun droit de vote. La structure actuelle du capital est jugée complexe. Selon les responsables du groupe, elle est de nature à dissuader les investisseurs.

    Concrètement, la simplification de la structure du capital passerait par un échange des bons de participation contre des actions nominatives à raison de 1 contre 2 et des titres au porteur contre des actions nominatives dans la proportion de 1 contre 1.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc