×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Réunion de l’OMC en Chine: Avancées sur l’agriculture

Par L'Economiste | Edition N°:2064 Le 14/07/2005 | Partager

. Ce n’est pas suffisant pour faire aboutir le cycle de Doha, selon SupachaiLA réunion de l’OMC à Dalian (nord-est de la Chine) a permis d’avancer sur le volet agricole des négociations en vue d’une libéralisation du commerce mondial, qui reste l’un des plus importants sujets de contentieux entre pays riches et pauvres.Les 32 ministres du Commerce réunis mardi 12 et mercredi 13 juillet ont adopté une proposition du groupe G20 des pays en développement qui définit un cadre pour négocier une baisse des droits de douane sur le commerce des produits agricoles. Cette proposition a été soutenue par les Etats-Unis et l’UE, ce qui devrait permettre aux techniciens de l’OMC à Genève de travailler sur les modalités concrètes d’une libéralisation du secteur. Le secrétaire général de l’OMC Supachai Panitchpakdi a toutefois estimé que ce n’était pas suffisant et a appelé à un sursaut pour assurer le succès du cycle de Doha.«Des progrès sont réalisés dans certains domaines, mais, quant à savoir s’ils seront suffisants pour garantir le succès de programmes de travail d’ici (la conférence ministérielle en décembre) à Hong Kong, c’est une autre affaire», a déclaré Supachai. «La proposition du G20 est très constructive et elle a permis un certain dynamisme, mais elle n’a pas permis d’avancées sur tous les sujets», a renchéri le porte-parole de l’OMC, Keith Rockwell. «Je ne voudrais pas surestimer ce qui s’est passé ici», a-t-il ajouté.Le G20 a proposé une «formule» de réduction des droits de douane moins sévère pour les pays développés que pour les pays en développement, dont les tarifs douaniers maximums pourraient atteindre un plafond de 150% contre 100 pour les pays riches.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc