×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Québec: Importante pénurie de main-d’œuvre en vue

Par L'Economiste | Edition N°:2679 Le 25/12/2007 | Partager

. Une demande de plus de 360.000 salariés d’ici 2030Une importante pénurie de main-d’œuvre guette le Québec dans les trois prochaines années, et la situation va ensuite s’aggraver, selon le Conference Board. L’organisme canadien affirme, dans une étude qu’il vient de rendre publique, que la province du Québec aura besoin de plus de 360.000 salariés d’ici 2030. La pénurie anticipée représentera 8,5% de la main-d’œuvre totale du Québec. D’après le groupe de réflexion établi à Ottawa, le Québec, qui manque déjà d’ouvriers spécialisés, connaîtra une pénurie plus généralisée dès 2010. Le besoin serait de 26.000 travailleurs, soit moins de 1% de la main-d’œuvre totale de la province. En plus des médecins, le Québec manque aussi d’ambulanciers, de professionnels des technologies de l’information et d’ouvriers spécialisés en aéronautique notamment.Les programmes de formation améliorés, l’accès plus facile à l’éducation et l’appui des investissements dans les nouvelles technologies, sont parmi les solutions proposées par le Conference Board afin de pallier la pénurie en vue. L’organisme suggère aussi de recruter plus d’immigrants qualifiés et de simplifier la reconnaissance de leurs diplômes et expériences. Ceci devrait se faire de pair avec la lutte contre la dénatalité et l’embauche de plus d’autochtones, de femmes et d’aînés. A noter que la retraite obligatoire a été abolie au Québec, de même qu’en Ontario, au Manitoba, en Alberta, à l’île-du-Prince-Edouard, au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest. La Saskatchewan et la Colombie-Britannique devraient faire de même l’an prochain. L’Ontario et l’Alberta, dont l’économie est promise à une plus forte croissance, devront aussi manquer de travailleurs d’ici 2025 ou 2030. Par ailleurs, l’activité économique a progressé de 0,2% en octobre au Canada, après avoir augmenté de 0,1% en septembre, indique Statistique Canada. Selon l’Agence fédérale, tant les industries productrices de biens que celles des services ont intensifié leurs activités. L’expansion des secteurs de la fabrication et du commerce de gros a stimulé la croissance, tandis que le repli de l’extraction minière l’a atténuée. Des hausses ont aussi été observées dans le secteur de la finance ainsi que dans le commerce de détail. En revanche, l’agriculture et la foresterie ont régressé. Le secteur de la fabrication a aussi gagné du terrain en octobre. La production manufacturière a augmenté de 0,8%, après avoir fléchi au cours des deux mois précédents. Cette croissance est surtout attribuable à la production accrue de biens durables, laquelle s’est appuyée en partie sur l’accroissement de la demande extérieure.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc