×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Pourquoi s’encombrer d’un Crédoc?

Par L'Economiste | Edition N°:2426 Le 20/12/2006 | Partager

Si l’atmosphère est à la confiance avec des partenaires habituels, ne vous encombrez pas. Si ce n’est pas le cas, «crédocisez-vous!». Au Maroc, 30.000 Crédoc par an. Le développement du commerce avec l’Asie pousse à l’usage du Crédoc- L’Economiste: En quoi le Crédoc est-il un atout pour le Maroc? - Mustapha Benabbou: Si le Crédoc est plus cher que les autres types de règlement, il reste le mode de paiement le plus sécurisé et sécurisant autant pour l’importateur que pour l’exportateur. C’est un vrai label qualité pour les exportateurs étrangers. Quant aux importateurs marocains, malgré que la réglementation des changes nationale les protège (pas de possibilité de virement avant réception des marchandises sauf pour des cas très particuliers - acompte), c’est un instrument qui leur permet une sécurité quant à la marchandise qu’ils souhaitent recevoir. Bien entendu, ils doivent être vigilants quant aux documents à exiger. Pour les exportateurs étrangers ou marocains, d’ailleurs, c’est un instrument mobilisable (donc pouvant être source de financement). C’est un avantage réel pour le pays que de s’harmoniser avec les règles de commerce internationales qui apportent le plus de garanties. Pour exemple, aujourd’hui les Saoudiens ne commercent leur pétrole à l’international que sous la garantie des Crédoc. Cette exigence devrait être plus répandue, y compris au Maroc.- Que représente en chiffres l’économie du Crédoc dans le monde et au Maroc?- Dans le monde, plus de 5.200.000 transactions commerciales ont été réglées par Crédoc en 2005. Au Maroc, c’est à peu près 30.000 Crédoc. C’est un chiffre qui a tendance à stagner alors que depuis 30 ans, on prédit sa disparition du circuit. Il ne faut pas oublier que le Maroc est avant tout un pays traditionnellement et structurellement importateur. De plus, l’indice risque pays au Maroc s’est considérablement apprécié, c’est pourquoi la plupart des transactions se font par simple virement (open account). - Pourquoi les RUU 600 apportent des précisions au terme de négociation? Et Quelles sont elles?- C’est une technique surtout utilisée en Asie, mais pas tellement en Europe et en Afrique. Or, il s’avère que nous l’utilisons de plus en plus, car nous commerçons davantage avec les pays asiatiques. D’ailleurs en Asie, c’est un des premiers modes de paiement, car la concurrence y est très active. La négociation permet en effet de rendre plus flexible le paiement en l’introduisant dans un circuit financier animé par plusieurs banques. Les fournisseurs souhaitent vendre leurs créances au niveau de leurs banques qui ne sont pas forcément celles qui ont reçu l’opération initialement. C’est un alternatif aux trois modes traditionnels de règlement que sont le paiement à vue, le paiement différé et le paiement par acceptation. Si la négociation confère effectivement des avantages, il n’en reste pas moins un mode de paiement peu maîtrisé hors Asie, et c’est pourquoi il était nécessaire de mieux le cadrer dans cette révision.- Une des nouveautés réside dans le principe de non révocabilité du Crédoc. Dans quel cas le reste-t-il?- Sans autre indication, un Crédoc est irrévocable. C’est-à-dire que si il n’est pas précisé sur les documents que le crédit est révocable, alors, à défaut, il devient automatiquement irrévocable. Mais la révocabilité d’un Crédoc reste un événement très rare. En 30 ans, la BMCI n’a rencontré qu’un cas dans le genre.- Le Crédoc est-il transmissible par voie électronique?- La BMCI est la seule banque marocaine qui permet la transmission électronique des Crédoc à travers son produit Connexis Trade. Nous utilisons d’ailleurs le système Swift qui permet d’échanger des informations entre les banques. Et ce, en toute sécurité. Il en va de même pour la signature électronique. La BMCI la reconnaît également comme un outil valable de contrat.«Mustapha Benabbou, le directeur du Trade Center à la BMCI, a représenté la CIC-Maroc lors du vote d’approbation des RUU 600 à Paris, le 25 octobre dernier. «J’ai voté oui parce que je crois en l’évolution positive de l’usage du Crédoc au Maroc et dans le reste du monde». Il ajoute que «nous souhaitons, qu’à l’avenir, les banques marocaines puissent contribuer de manière efficace aux travaux de la CIC de manière générale, car elles ont intérêt à ce que les pratiques du Crédoc se transforment en règles» (Ph. Naaoumi)«Najlae NAAOUMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc