×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Peut-on évaluer Addoha?
    Entretien avec Youssef Benkirane, président de l’APSB

    Par L'Economiste | Edition N°:2425 Le 19/12/2006 | Partager

    Les interrogations se multiplient à propos de cette année bénie en Bourse. Comment expliquer la hausse fulgurante des indices? Quel serait l’effet des nouvelles introductions? Quelles prévisions pour 2007? Dans cet entretien, Youssef Benkirane, DG de BMCE Bourse et président de l’Association professionnelle des sociétés de bourse (APSB) propose des éléments de réponse.. L’Economiste: Comment vous analysez la prestation boursière record de cette année?- Youssef Benkirane: Le bon comportement de la place casablancaise est indissociable de la bonne santé de l’économie marocaine. L’évolution remarquable des indices et des volumes relate le taux de croissance satisfaisant du PIB, estimé à 7,3%, et les performances des secteurs-clés de notre économie dont notamment les BTP, le tourisme et les Télécoms.. Estimez-vous que cette croissance correspond aux fondamentaux du marché?- Avec un PER(1) estimé à environ 21 fois les bénéfices, je crois que le marché est bien valorisé. Si on retraitait ce chiffre de certaines valeurs qui ont fortement cru ces derniers mois, on se retrouve avec deux points de PER global en moins. Ce niveau de valorisation traduit clairement la concordance des indices et des volumes avec les bons résultats des sociétés cotées. . Pourquoi recommandez-vous donc la prudence?- Après la croissance record de cette année, le marché n’est pas à l’abri d’une correction. Une menace qu’il peut très bien contenir grâce à ses fondamentaux solides et son niveau élevé de maturité. Le marché a d’ailleurs vécu ce phénomène en mai dernier, mais il a rapidement réussi à le surmonter. Je suis certain que nous sommes à l’abri d’une crise similaire à celle intervenue entre 1999 et 2002, car le marché n’est pas du tout dans la même configuration. Nous sommes optimistes pour 2007 grâce à la dynamique encourageante de l’économie. Cela ne peut que soutenir la croissance des sociétés cotées. De plus, les capitaux étrangers continuent d’affluer.. A propos de nouvelles introductions, comment vous évaluez la prestation de la valeur Addoha depuis son introduction?- Il est vrai que le titre Addoha conditionne les transactions boursières depuis son introduction en juillet dernier, autrement dit, c’est un véritable phénomène. Aujourd’hui, il faut aborder la valeur, sur l’exercice 2008, 2006 et 2007 ne sont pas parlants. En 2008, les terrains achetés en 2005 et 2006 vont commencer à générer du chiffre d’affaires. Le Business Plan présenté lors de l’introduction en bourse annonçait d’ailleurs un résultat net de 1,34 milliard de DH. Compte tenu des achats de terrains opérés entre juin et septembre, les bénéfices 2008 ont été révisés à 2,1 milliards de DH en 2008. Cela veut dire que le titre traite actuellement à moins de 20 fois le bénéfice 2008. Il ne faut pas oublier l’effet des accords qu’Addoha a signés dernièrement avec l’Etat et les partenaires du Golfe (Ndlr: Al Qudra, CMKD et Somed). Ce n’est qu’à la lumière du nouveau business plan qui sera sans doute prêt courant janvier, que les investisseurs pourront évaluer l’impact exact de ces récents partenariats sur la valorisation du titre.. Quelles sont les opportunités qui s’offrent à la place casablancaise après la chute des Bourses du Moyen-Orient?- Les places du Golfe et du Moyen-Orient passent par une phase similaire aux quatre années de correction essuyées à Casablanca (Ndlr: 1999-2002). La Bourse marocaine avait profité de cette période pour se restructurer et repartir sur des bases solides. Elle commence d’ailleurs à récolter les fruits de ses efforts. Ceci dit, les Bourses du Moyen-Orient doivent suivre le même processus pendant au moins deux à trois ans. Pendant ce temps, la Bourse de Casablanca représentera le meilleur placement dans la région pour les fortunes du Golfe.


    Confrontation Chaâbi lil Iskane - Addoha?

    . L’introduction en Bourse de Chaâbi lil Iskane annoncée dernièrement aura-t-elle un impact négatif sur le comportement d’Addoha en Bourse?- D’une part, dans un marché qui regorge de liquidité, je ne pense pas que l’introduction de Chaâbi lil Iskane provoque un effet d’éviction au détriment d’Addoha. D’autre part il faut attendre de découvrir ce que c’est Chaâbi lil Iskane, alors qu’Addoha est la star incontestée de la cote. Je pense que les investisseurs sont encore prêts à accueillir du papier frais et de bonne qualité. Qui plus est, l’immobilier est une des principales locomotives de l’économie marocaine.Propos recueillis par Nouaim SQALLI------------------------------------------------------------------(1) Le PER (price earning ratio) est la division entre le cours d’une action et le bénéfice net par action (BNPA) durant une année.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc