×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Affaires

    Parc automobile: D’autres clients pour Gefco

    Par L'Economiste | Edition N°:2488 Le 20/03/2007 | Partager

    . Nissan, Renault et Honda arrivent. Négociation avec d’autres marques. Projet d’extension en cours Du beau monde pour l’inauguration du site « automotive » de Gefco, à Tit Mellil, près de Casablanca. Et c’est le Premier ministre, Driss Jettou, qui a donné le coup d’envoi officiel samedi dernier. Déjà opérationnel, le centre logistique fait office de magasin et d’aire de dédouanement pour véhicules importés (cf.www.leconomiste.com). Gefco reçoit actuellement les marques Citroën et Peugeot, distribuées par Sopriam, et accueillera bientôt Nissan, Renault et Honda. Des négociations avec d’autres marques sont également en cours. Le promoteur refuse toutefois de révéler lesquelles pour le moment. Il a cependant confirmé que des démarches avaient été entreprises afin d’acquérir un terrain mitoyen du site. Au total, ce sont 4500 véhicules qui peuvent y être reçus simultanément, et la cadence devrait permettre huit rotations des stocks par an. Ceci porte la capacité annuelle de traitement du parc logistique à plus de 30.000 véhicules. Techniquement, Gefco gère toutes les étapes, depuis le départ en usine en Europe ou en usine de montage au Maroc, jusqu’à la livraison au concessionnaire. La gamme opératoire – c’est-à-dire la procédure de préparation – de chacune des marques est respectée à la lettre, assure Benoît Philippe, chef de projet. Avant d’être livré, chaque véhicule est d’abord «déprotégé». «Une pellicule de protection couvre toujours la voiture pendant son voyage entre l’Europe et notre site», indique-t-il. Ce qui explique pourquoi les voitures peuvent rester en plein air sans qu’elles ne s’abîment. Celles-ci sont ensuite minutieusement lavées. Entre 100 et 120 véhicules passent chaque jour au lavage. «Nous estimons la consommation d’eau à 200 litres par véhicule», poursuit Philippe. Il est à noter que la société est dotée de sa propre usine d’épuration des eaux, car la région n’est pas alimentée en eau potable. Un réservoir de 100 m3 a été placé à environ 60 mètres du sol. Après l’opération «shampoing», de nombreux tests sont effectués. «Nous testons toutes les fonctions, tous les boutons et chacun des organes de la voiture», assure le chef de projet.Ainsi, des jockeys, comme on les appelle, sont chargés des essais sur piste. «Ils vont sur la piste et testent l’accélérateur, les freins, les vitesses, etc.», explique Benoît Philippe. Puis enfin, après un dernier nettoyage, la voiture prend la direction du porte-voitures, pour aller faire rêver les clients, dans le showroom du concessionnaire.Le projet a nécessité un investissement de 56 millions de DH. C’est la société Aixor qui est l’actionnaire principal, et Gefco le locataire utilisateur du site.Marie-Hélène GIGUÈRE

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc