×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

OTAN: Mobilisation générale pour l’Afghanistan
DNES à Bruxelles, Aziza EL AFFAS

Par L'Economiste | Edition N°:3163 Le 04/12/2009 | Partager

. Les alliés envoient des troupes supplémentaires. L’Allemagne et la France réticentesRelations avec la Russie, intégration de nouveaux membres… riche programme pour la conférence des ministres des affaires étrangères de l’OTAN qui se tient les 3 et 4 décembre à Bruxelles. Mais cet agenda est surtout dominé par l’Afghanistan. D’ailleurs, une occasion pour eux d’afficher clairement leur soutien à l’option américaine de l’envoi de troupes supplémentaires. En effet, l’annonce de renforts américains (30.000 soldats) par Barak Obama a été suivie quelques heures plus tard par la confirmation du secrétaire général de l’OTAN de l’envoi de troupes supplémentaires. «Il y a 43 pays sur le terrain sous commandement de l’Otan et j’ai bon espoir que d’autres alliés et partenaires (outre les Etats-Unis) consentent à une forte augmentation de leur contribution», a déclaré Anders Fogh Rasmussen mercredi dernier lors d’une conférence de presse au siège de l’OTAN à Bruxelles. «J’attends au moins 5.000 soldats supplémentaires des autres pays de notre alliance et peut-être même quelques milliers de plus», a-t-il ajouté. Quelques alliés ont immédiatement répondu à l’appel dont la Grande Bretagne, qui envoie 500 soldats pour renforcer les rangs de ses 9.000 déjà sur place et l’Italie (1.000). «Nous avons été confortés par l’important soutien de nos alliés européens à la politique du président Obama», a déclaré l’émissaire spécial du président américain pour l’Afghanistan-Pakistan, Richard Holbrooke.Le front des alliés présente cependant quelques fissures. La France (3.750 soldats sur place) et l’Allemagne (4.365 soldats) semblent réticentes à l’envoi de troupes supplémentaires. En effet, jusqu’ici, Nicolas Sarkozy avait exclu tout renfort, mais il a déclaré mardi dernier que la France «examinera sa contribution à la stratégie internationale». Quant à l’Allemagne, ses députés devaient se prononcer hier jeudi 3 décembre sur la prolongation d’un an du déploiement de la Bundeswehr en Afghanistan. Berlin refuse en revanche de discuter d’une éventuelle augmentation de son contingent avant la conférence de Londres fin janvier à laquelle les pays de la coalition sont invités. Ces effectifs viendront renforcer les 38.000 soldats de l’alliance déjà présents sur place. Outre leur mission de maintien de la sécurité, ces forces assument surtout une fonction de formation et d’entraînement des forces afghanes. Objectif: leur transférer le plus tôt possible, la responsabilité principale de la gestion de leur pays, selon les termes de Rasmussen. Il a ajouté que ces renforts devraient permettre de transférer aux forces afghanes dès l’an prochain «10 ou 15 régions et districts». L’Afghanistan compte 34 provinces et des centaines de districts. Et pour cela, il faudra atteindre un ratio de 20 éléments de sécurité pour 1.000 personnes. «Ce qui signifie que 24 millions d’Afghans auront besoin de 480.000 forces de sécurités (police et armée)», affirme un responsable de l’OTAN. Aujourd’hui ce ratio n’est que de 4,23 pour 1.000. Sans compter que près de 25% des forces afghanes entraînées disparaissent dans la nature (ou rejoignent les insurgés).


Contingents

OUTRE les effectifs de l’OTAN, les Etats-Unis comptent actuellement 71.000 hommes en Afghanistan, les membres de l’OTAN et autres alliés y dénombrant collectivement 38.000 hommes. L’armée afghane compte pour sa part environ 94.000 soldats, et envisage de faire passer ce chiffre à plus de 140.000. La police afghane compte environ 93.000 hommes. Quant aux insurgés talibans, ils ne dépassent pas les 25.000, selon les estimations.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc