×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Opération à long terme de la BCE
    Les taux se détendent

    Par L'Economiste | Edition N°:2643 Le 01/11/2007 | Partager

    . Le taux d’inflation au plus haut depuis 2 ansLa Banque centrale européenne (BCE) a procédé mercredi 31 octobre à une allocation de routine à long terme marquée par une détente sur les taux, mais une demande toujours forte des banques en liquidités. La BCE a mis 50 milliards d’euros à la disposition des banques via une opération d’une durée de 91 jours, au taux moyen pondéré de 4,53% contre 4,63% lors de la précédente adjudication annoncée fin septembre. Le taux marginal est descendu à 4,45% contre 4,50%. Le principal taux directeur de la BCE est à 4%. Le nombre de banques ayant participé aux enchères est toutefois resté très élevé (157 contre 159 il y a un mois), témoin de la crainte persistante des établissements ne pas trouver des financements sur le marché monétaire. En septembre, la BCE avait abreuvé le marché de l’argent à 3 mois, via une injection exceptionnelle de 75 milliards d’euros, alors qu’elle alloue 50 milliards lors des opérations régulières. L’apaisement relatif sur le marché à long terme fait écho à celui du marché monétaire à court terme. Les marchés attendent maintenant d’être fixés sur les intentions de la BCE, qui s’emploie depuis plusieurs semaines à entretenir le flou sur le cap que va prendre la politique monétaire. Le conseil des gouverneurs se réunit le 8 novembre. Les craintes de dérapage généralisé des prix, nourries par la flambée des prix du pétrole et la valse des étiquettes sur certaines denrées alimentaires, se propagent. Le président de la Bundesbank et gouverneur de la BCE, Axel Weber, s’évertue à mettre en garde contre ces risques et à plaider indirectement pour un nouveau tour de vis monétaire.Le taux d’inflation a grimpé à 2,6% dans la zone euro en octobre, au plus haut depuis 2 ans, dépassant largement l’objectif à moyen terme d’une hausse des prix légèrement inférieure à 2% voulue par la BCE, selon une estimation provisoire diffusée hier par Eurostat, l’office des statistiques européen.Synthèse l’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc