×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Espagne: Feu vert à la réhabilitation des victimes du franquisme

    Par L'Economiste | Edition N°:2643 Le 01/11/2007 | Partager

    . Une loi défendue par Zapatero, petit-fils d’un républicain fusillé par les troupes de FrancoLES députés espagnols ont approuvé mercredi 31 octobre par 324 voix une loi historique réhabilitant les victimes oubliées de la Guerre civile et du régime du «Caudillo» Francisco Franco (1936-75), a annoncé le président de l’assemblée, Manuel Marin.Cette loi, élaborée par le pouvoir socialiste, a reçu le soutien de tous les autres groupes parlementaires à l’exception du principal parti d’opposition, le Parti Populaire (PP, droite), et des nationalistes catalans de gauche ERC.Le PP était globalement opposé au projet, arguant qu’il rouvrirait inutilement les blessures du passé. Il a toutefois approuvé hier 7 de la vingtaine d’articles que contient cette loi dite de la «Mémoire historique».Après cette approbation, ce texte phare de la législature socialiste ira au sénat et reviendra éventuellement pour une ultime approbation par le Parlement d’ici la fin de l’année.Le point crucial de la loi concerne la déclaration «d’illégitimité» des procès franquistes qui ont abouti à l’exécution de 50.000 Républicains après la Guerre civile et à l’incarcération de dizaines de milliers d’autres, sans pour autant les annuler.Voulue par le chef du gouvernement socialiste, José Luis Rodriguez Zapatero, petit-fils d’un capitaine républicain fusillé par les troupes de Franco, cette loi a eu une gestation longue et douloureuse, symptomatique des plaies encore vives laissées par la Guerre civile (1936-39) et la dictature qui a suivi jusqu’à la mort de Franco en 1975. La nouvelle loi a pour objet de «reconnaître et accroître les droits» de ceux «qui ont souffert de persécutions ou violences (...) durant la Guerre civile et la dictature».Elle vise aussi à «fortifier les valeurs et principes démocratiques» en «aidant à la connaissance des faits et circonstances durant la Guerre civile et la Dictature» et en «assurant la préservation des documents liés à cette période».Ce projet de loi fut d’abord rejeté par pratiquement tous les partis, en dehors du parti socialiste (PSOE), ainsi que par les associations des victimes, pour des raisons souvent diamétralement opposées.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc