×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Affaires

    OFPPT: Bencheikh met cartes sur table

    Par L'Economiste | Edition N°:2128 Le 12/10/2005 | Partager

    . Plus de 104.000 élèves inscrits. L’Office entend recouvrer ses créancesL’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) affiche un nouveau visage. Depuis la tenue, le 4 octobre, de son conseil d’administration, il adopte une nouvelle stratégie de communication. «Les scandales qui ont secoué l’OFPPT nous ont contraints à faire preuve de pudeur. Aujourd’hui, tout est quasiment rentré dans l’ordre et l’on met cartes sur table», indique le directeur général, Larbi Bencheikh. Ces propos ont été tenus à l’occasion d’un ftour convivial avec la presse, lundi à Casablanca. Cette rencontre avait pour objectif la présentation du bilan de la rentrée 2005-2006 et des décisions et orientations adoptées à l’issue du CA. La présentation, très exhaustive, de Bencheikh était animée d’un esprit de franchise. Le DG s’appuie sur les conclusions de l’IGF (Inspection générale des finances). Alors tout y est passé et notamment les chiffres en matière d’effectifs et d’offres de la formation, les contrats spéciaux de formation (CSF) et les finances de l’Office. «Il s’agit d’aller de l’avant et de relever le défi de la formation de 400.000 jeunes à l’horizon 2007», déclare le directeur général. L’Office a accueilli cette année 104.114 élèves, soit une augmentation de 14% par rapport à la rentrée précédente et 116% par rapport à 2002-2003. La direction de l’Office souligne que l’année 2004 a connu la mise en place du programme Orient - automatisation de la correction- améliorant les procédures de traitements «en toute équité» des candidatures. Par ailleurs, la réforme des CSF a été l’une des priorités du précédent exercice. L’instauration de procédures d’instruction et de remboursement souples et efficaces, ainsi que la généralisation du tiers payant sont annoncées. Le rapport définitif de l’IGF vient d’être remis à l’Office après 7 mois d’audit. Question finances, la satisfaction est de mise. Les efforts de rationalisation des dépenses ont porté leurs fruits. Cela se traduit par l’accroissement de la valeur ajoutée générée par l’organisme et la baisse de l’excédent brut d’exploitation. Reste la problématique de recouvrement de la taxe sur la formation professionnelle (TFP) qui représente 150 millions de DH au titre de l’année 2004. L’Office est en train d’examiner la possibilité d’amender le dahir de création de l’OFPPT en vue de recouvrer ses créances en vertu de la loi 15-97. Il s’agirait d’appliquer des mesures de recouvrement forcé et des pénalités de retard.Fatima EL OUAFI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc