×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Affaires

Nouveau tournant pour l’ONCF

Par L'Economiste | Edition N°:2491 Le 23/03/2007 | Partager

. Une campagne pour changer la perception des usagers. Une image futuriste incarnée par le TGV. Ghellab invite à «l’optimisme»L’Office national des chemins de fer (ONCF) passe à la vitesse supérieure. Dès fin mars, un nouveau plan de transport sera mis en oeuvre. Son directeur général, Rabie Khlie a tenu à accompagner ce plan d’une vaste campagne de communication aux nombreux messages. L’Office souffre d’une carence d’image…quelquefois méritée. Plutôt que le design, fort appréciable par ailleurs, des nouvelles stations, le passager gardera en mémoire les deux heures de retard passées à attendre l’arrivée d’un train de correspondance ou encore une panne de courant non rétablie. «La perception qu’ont les Marocains de l’ONCF doit changer», a insisté Khlie au cours d’une conférence de presse jeudi dernier pour présenter la nouvelle campagne publicitaire. Le spot, que les télespectateurs ont eu l’occasion de visionner sur leur petit écran la veille, avant même que la présentation n’ait été faite à la presse, focalise sur la puissance du Train Grande Vitesse (TGV) que le Maroc projette de mettre en circulation…dans le futur. Et ce n’est pas par hasard que les créatifs ont opté pour cet engin du deuxième millénaire pour mettre en exergue les projets ambitieux de développement que le Maroc conçoit pour ses chemins de fer. La nouvelle campagne correspond donc à de nouvelles ambitions et responsabilités. «Notre ambition est d’être leader et d’accompagner, parallèlement, le développement économique et social du Royaume», indique le DG. Et l’ambition est, pour lui, loin d’être irréaliste. Le nombre de passagers transportés est passé de 14,5 millions au début de la décennie à 23,5 millions fin 2006. «Presque dix millions de plus, de quoi être fier!», lance-t-il. En 2010, ils devraient être 30 millions à emprunter les chemins de fer pour se déplacer, au lieu de la voiture ou de l’autocar, concurrents potentiels actuellement. Le fret s’inscrira aussi sur la même lancée, du moins en termes de croissance. En 2006, l’ONCF a transporté 27 millions de tonnes de phosphates et 8 millions de tonnes de marchandises diverses. Ce segment d’activité devrait «connaître un développement fulgurant notamment par la mise en service de Tanger Med et son implication sur le transport des marchandises de cette zone vers les autres régions du pays». Ce développement passe par un programme d’investissement de 17 milliards de dirhams sur la période 2005-2009. Pour Karim Ghellab, ministre des Transports et tutelle de l’Office, «l’état d’avancement de l’ensemble des projets est satisfaisant». Il évoque à ce propos les gains de temps projetés sur plusieurs trajets dès la fin de cette saison. Une heure et 10 minutes de moins pour Rabat-Fès ou encore sur le Casablanca-Tanger dès fin 2008. Les travaux dans les principales gares du pays avancent également à pas de géant. L’une des plus grandes réalisations restera le TGV. Sur ce volet, le gouvernement en est au stade de la réalisation des études. Le dernier Conseil d’administration de l’établissement a validé cette option. L’enveloppe consacrée aux études avoisine les 80 millions de dirhams. Ce sont les axes Settat-Marrakech et Kénitra-Tanger qui seront dans un premier temps desservis. «Il faut être optimiste et croire aux projets lancés par le Royaume», déclare Ghellab qui a invité la presse à davantage d’esprit constructif. Rabie Khlie a abondé dans le même sens. Dans la foulée, il cite le taux de satisfaction de la clientèle qui a atteint, selon les résultats de sondages effectués auprès des usagers, 72%. A partir de 2008, l’Office se fixe comme objectif de faire passer ce taux à 80%. «Tous les indicateurs ont été au vert en 2006 et nos standards se situent au même niveau que les standards européens». Mais pour drainer une plus grande clientèle, l’établissement devra élaborer des produits tarifaires adaptés à toutes les catégories sociales. Khlie le promet d’autant plus que la «mobilité» est un droit et que l’ONCF ne détient pas le monopole du transport.Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc