×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Nouveau procédé de recyclage des eaux usées

    Par L'Economiste | Edition N°:1980 Le 17/03/2005 | Partager

    . Une expérience-pilote réalisée par un ingénieur américain à Agadir. La technologie utilisée repose sur l’air et le temps Une station de traitement des eaux usées, d’un nouveau genre, est opérationnelle depuis quatre mois à l’Institut agronomique et vétérinaire (IAV) Hassan II de la capitale du Souss. La visite de la structure a été organisée hier à l’occasion d’une conférence internationale sur l’optimisation des ressources naturelles dans les environnements arides. Réalisée et financée par Future water international, une entreprise marocaine créée il y a deux ans par un ingénieur américain, l’expérience-pilote d’un coût de 250.000 DH introduit sur le marché une nouvelle technologie pour le recyclage des eaux usées. Baptisée Sheaffer du nom de son inventeur, un Américain également, la technique offre plusieurs avantages, assure Raouf Boulos, vice-président de l’entreprise. Selon lui, la ressource traitée est dépourvue de toutes nuisances olfactives et peut être utilisée pour l’irrigation agricole et d’espaces verts, surtout qu’elle dispose de fertilisants naturels. Par ailleurs, poursuit-il, le procédé qui fonctionne avec du matériel local ne nécessite pas une grande superficie pour son installation, ni une grande maintenance. A l’IAV, 700 m2 ont été exploités, précise l’expert. Le système Sheaffer repose sur deux facteurs-clés: le temps et l’air, souligne l’expert. Ce dernier élément est nécessaire pour la circulation de l’eau dans les bassins mis en place pour le traitement des eaux usées. Celles-ci sont conservées pendant un mois ou plus si nécessaire dans ces réservoirs adaptés en nombre et grandeur en fonction de la quantité à traiter. Semblables à des lacs, pour offrir un plus esthétique aux sites concernés, les bassins sont dotés de filtres à air. Par ailleurs, ils sont tapissés d’une matière plastique imperméable pour limiter les pertes d’eau au minimum, poursuit l’ingénieur. Dans le même objectif, les eaux usées, avant de séjourner dans les bassins, font un passage obligé par un broyeur. Une technique pour réduire en poudre les déchets organiques résidants dans l’eau, qui sera par la suite filtrée pendant son séjour dans les bassins afin d’assurer son recyclage à 100%. Pour la région d’Agadir qui est à vocation agricole et marquée par la rareté des ressources en eau, la technique est d’importance. Ceci d’autant plus qu’elle peut être mise en place aisément dans des communes rurales, souligne Brahim Hafidi, directeur du complexe horticole d’Agadir. A noter que la firme Sheaffer international détentrice de la technologie est implantée depuis sept ans à Naperville près de Chicago aux USA. Le système a déjà été expérimenté plus d’une centaine de fois à travers treize Etats américains et même en Europe. De notre correspondante, Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc