×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Northern Telecom et Matra Communication s'allient

    Par L'Economiste | Edition N°:38 Le 16/07/1992 | Partager

    Matra vient de conclure une alliance dans les télécommunications avec le canadien Northern Telecom, numéro quatre mondial.
    La société canadienne détiendra d'ici trois ans 39% du capital de Matra Communication, signant ainsi sa première grande alliance européenne. Matra, qui était en quête d'une solide alliance dans les télécommunications, avait engagé des pourparlers avec plusieurs groupes du secteur. L'américain ATT et les européens Philips et Siemens étaient en lice, mais c'est sur Northern Telecom que le choix de Matra s'est porté.
    Selon les termes de M. Jean-Luc Lagardère, les propositions des deux sociétés européennes ne permettaient pas "d'aboutir à un schéma satisfaisant pour le personnel et la culture Matra Communication". Quant à l'Américain ATT, il n'avait pas les faveurs de France Télécom, dont Matra Communication est l'un des tout premiers fournisseurs. Northern Telecom, qui a réalisé en 1991 un chiffre d'affaires de 8,1 milliards de Dollars et dégagé une marge de 6,3%, s'est davantage imposé.

    Hormis ses résultats, la firme canadienne avait l'avantage d'être présente sur le vieux continent, où elle emploie 11.000 salariés depuis le rachat du britannique STC en 1991 et réalise 17% de ses ventes. En France, elle dispose d'une usine et d'un centre européen de recherche. Sur le plan financier, la participation de Northern Telecom dans Matra Communication sera minoritaire. La société canadienne va d'abord acquérir 20% de la filiale à la faveur d'un désengagement de Paribas, qui réalise une plus-value estimée à 450 millions de Francs. Une offre publique d'achat (OPA) sera parallèle-ment proposée au public sur la base de 295,70 Francs par action. Cette participation pourra atteindre 39%, voire 49% si la filiale de Daimler-Benz, AEG, décide de se retirer.
    Sur le plan industriel, les deux partenaires vont créer deux joints-ventures dont le capital sera réparti à 50-50. Le premier sera spécialisé dans le radio-téléphone numérique suivant la norme européenne GSM, le second dans les réseaux de communication publique.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc