×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Mutuelle des fonctionnaires
    Le nouveau système d’information intégré fin prêt

    Par L'Economiste | Edition N°:1907 Le 01/12/2004 | Partager

    . Les départs volontaires représentent une réelle crainte pour les dirigeants de la MGPAP. Réajustement des normes de gestion avec la CnopsC’est la ville de Fès qui a abrité, en fin de semaine dernière, les travaux de la 57e assemblée générale de la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques (MGPAP). Organisée sous le thème “la mutualité, outil fondamental pour la mise en oeuvre de l’assurance-maladie obligatoire (AMO)”, cette rencontre a vu la présentation des rapports moral et financier et le bilan d’activité de l’année 2001. Les congressistes ont discuté par la suite de l’état d’avancement du projet de modernisation élaboré par la MGPAP. “Cet important projet consiste à mettre en place un système d’information intégré, à moderniser les procédures et l’organisation administrative, à renforcer l’encadrement des ressources humaines et la présence de la Mutuelle sur le territoire national”, explique Mohamed El Farrah, président de la MGPAP. Et d’ajouter que le nouveau système sera opérationnel en janvier 2005. Sa mise en oeuvre facilitera la déconcentration des activités de la Mutuelle ainsi que le traitement des dossiers maladies. L’objectif est aussi de réduire les délais de remboursement et de fournir un service de proximité aux 270.000 adhérents que compte la Mutuelle. Ce nombre risque de chuter surtout avec le départ volontaire de quelque 73.000 fonctionnaires, prévu dans la loi de Finances 2005. En fait, la Mutuelle générale, qui se situe au premier rang par rapport à d’autres organismes d’assurances-maladies, pourra perdre en classement. A ce propos, El Farrah ne cache pas ses craintes. Toutefois, il se dit plutôt rassuré par l’application du code de l’AMO. Ce code drainera certainement de nouveaux adhérents. Pour ce qui est de l’organisation, le président de la MGPAP affirme que son entité est aujourd’hui prête sur les plans techniques et organisationnels pour mener à bien le code de la couverture médicale de base. L’AMO prévoit un réajustement des normes de gestion entre la MGPAP et le groupe de la Cnops. “Les domaines de la maîtrise des coûts, la production des statistiques annuelles, la mise en place des audits financiers et comptables figurent parmi les principaux réajustements qui peuvent avoir lieu”, indique El Farrah.Notons que la direction de la MGPAP a élaboré un plan d’urgence pour rattraper le retard cumulé depuis 1986. Les comptes de 2002 ont été arrêtés et ceux de 2003 sont en passe de l’être. Ce plan a permis la régularisation des cotisations et l’introduction des données informatiques ainsi que l’assainissement et le classement des dossiers des adhérents.En tout cas, si la Mutuelle générale a lancé un vaste programme de mise à niveau, le coût de ce programme qui concerne l’ensemble des outils de gestion n’a pas encore été arrêté. Ce qui est sûr, c’est qu’une fois achevé, le plan en cours rapportera beaucoup, souligne El Farrah.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc