×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Monnaies: Le billet vert écrase l'Euro

    Par L'Economiste | Edition N°:521 Le 03/06/1999 | Partager

    Les Européens le voulaient monnaie unique, stable et forte, mais le sort en a décidé autrement. Depuis son introduction, le 4 janvier dernier, l'Euro n'a cessé de décevoir ses promoteurs. La monnaie unique de la zone Euro a frôlé le plancher à plusieurs reprises depuis le début de l'année. Plusieurs analyses de la situation ont démontré que l'Euro est en fait victime de la force de l'économie américaine. D'où sa perte de terrain face au billet vert. Cependant, une reprise reste toujours envisageable d'ici fin 1999. "L'Euro est actuellement faible, mais nous le prévoyons à 1,09 Dollar d'ici la fin de l'année", a déclaré un économiste américain. En fait, la forte croissance de l'économie américaine à elle seule n'est pas le principal facteur de régression de l'Euro. En face, il y a surtout les faiblesses dont ont fait preuve plusieurs pays de la zone.

    Il en est ainsi pour le produit intérieur brut français qui ralentit, la balance commerciale espagnole qui marque le pas, l'indice de confiance des entreprises néerlandaises qui est au plus bas ainsi que la déflation aux Pays-Bas et en Italie. A cela s'ajoutent la guerre au Kosovo, la dégradation du climat économique en Allemagne et d'autres facteurs décourageants. L'annonce, la semaine dernière, d'une augmentation des marges tolérées pour le déficit public italien à 2,4% du PIB, a eu pour effet d'enfoncer le clou. La nouvelle a fait très mauvaise impression sur les marchés, poussant davantage l'Euro à la baisse. Un autre diagnostic montre que la monnaie européenne souffre également des perspectives de hausse des taux aux Etat-Unis. Ces spéculations rendent les placements en Dollar encore plus attractifs, alors que les taux dans la zone Euro sont à la baisse.
    Selon la firme financière américaine Lehman Brothers, "Il y a une légère amélioration de la situation économique de quelques pays européens, mais les mauvaises nouvelles semblent toujours dominer".
    Ce qui est sûr, c'est que la force de l'Euro ne peut être sans une économie européenne solide. En attendant, la meilleure leçon à tirer est que l'Euro va apporter une plus grande discipline économique. "Les pressions salariales vont s'atténuer avec un nivellement des différences entre les économies des pays membres. Mais cela risque de secouer", prévient un économiste américain.

    Hanaâ FOULANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc