×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Mohamed Rachdi, un adepte de l’art enthousiaste

Par L'Economiste | Edition N°:3131 Le 19/10/2009 | Partager

. Une trentaine d’œuvres qui évoquent les plaisirs des jardins fleuris . Ses sources d’inspiration: les arts traditionnels et l’artisanat marocain «LES rosaces du désir», c’est l’exposition que l’artiste Mohamed Rachdi présente à la galerie Nadar jusqu’au 7 novembre prochain. Le vernissage, qui a eu lieu le mardi 13 octobre, a attiré plus d’une centaine de personnes, curieuses de découvrir les œuvres d’un artiste connu en tant que critique d’art, mais qui expose pour la première fois au Maroc.Egalement responsable du mécénat culturel à la Société Générale, chercheur universitaire et auteur de plusieurs ouvrages sur l’art, Mohamed Rachdi présente donc une trentaine d’œuvres, qui sont en vente à des prix compris entre 25.000 et 100.000 DH. D’après Assia Faraoui, copropriétaire de la galerie, plusieurs ventes ont été faites au cours de la soirée du vernissage.

Désir amoureux
Les œuvres de Rachdi procurent du plaisir, de la joie, et suscitent l’optimisme. Elles évoquent les plaisirs des jardins fleuris et du désir amoureux, avec des enchevêtrements de figures corporelles et de motifs végétaux. Epousant des formats circulaires, elles s’inspirent des arts traditionnels marocains et de différentes pratiques artisanales nationales. Mohamed Rachdi s’est beaucoup inspiré du travail de décoration réalisé par les maîtres artisans du plâtre, du zellije, du tissage et de la broderie. Il utilise une grande variété de matériaux traditionnels (plâtre, céramique, métal, bois, tissu…), mais également des techniques et technologies nouvelles, ce qui confère à son travail un style particulier. «J’essaie de représenter des choses simples et belles, qui vous donnent envie de vivre avec qualité. Je pratique un art de l’enthousiasme et de l’épanouissement. Je ne suis pas du tout adepte de l’art mélancolique et triste. Je ne fais pas partie de ces artistes masochistes qui s’autodétruisent», explique l’artiste. Rachdi est né à Goulmima. Depuis sa plus tendre enfance, il était attiré par l’art, à tel point que ses instituteurs d’école primaire lui demandaient de reproduire au tableau des dessins pour en faire profiter la classe entière. A 15 ans, il décide de partir pour Marrakech, à 450 km de sa ville natale, pour intégrer le lycée technique Hassan II où une section artistique venait juste d’ouvrir. Son baccalauréat en poche, Rachdi s’envole pour Paris, où il décroche un doctorat en sciences de l’art, option arts plastiques, à la Sorbonne. Il reste ensuite en France pendant 25 ans, où il enseigne à l’Université de Valenciennes, expose ses propres œuvres, organise des expositions et intervient dans des rencontres et des événements autour de l’art. Il s’intéresse aussi à d’autres domaines: la philosophie, la psychanalyse, la sociologie, l’anthropologie… «Même si j’ai grandi dans un milieu complètement éloigné du monde de l’art, j’ai déployé beaucoup d’énergie pour m’épanouir et développer ma personnalité», confie-t-il.En parallèle à ses activités artistiques, Rachdi pratique la course à pied. Son rêve, c’est de posséder un grand jardin et de continuer à peindre en s’inspirant des odeurs parfumées de la nature… Nadia BELKHAYAT
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc