×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Mobilisation contre l'illégalité

Par L'Economiste | Edition N°:1164 Le 13/12/2001 | Partager

. Le lancement de la campagne de moralisation de la vie publique est prévu pour janvier prochain. La stratégie d'action à mener sera déterminée aujourd'hui lors de la séance inaugurale C'EST aujourd'hui que sera donné à Rabat le coup d'envoi de la campagne de moralisation de la vie publique. “Il s'agit durant cette journée inaugurale de faire une réflexion sur les différentes actions entreprises jusqu'à présent, et déterminer une stratégie pour la campagne qui sera lancée au début du mois de janvier”, déclare Ahmed Lahlimi, ministre des Affaires générales du Gouvernement et maître d'oeuvre de l'événement. Afin de stimuler la réflexion et de confronter les points de vue, différentes personnalités telles que le président du comité d'éthique de la CGEM, le secrétaire général du ministère de la Justice, ainsi que des professeurs universitaires seront amenées à prendre la parole au cours de cette séance. En marge de ces allocutions, des prix seront remis au profit d'élèves. Objectif: récompenser les écoliers pour les efforts déployés lors de la campagne menée au mois de mars dernier. L'opération avait touché 1.035 collèges et 551 lycées, soit un total de 3 millions d'enfants et d'adolescents. Les médias seront le fer de lance de cette croisade en faveur de la moralisation. Ils sont appelés à relayer un certain nombre de messages afin de sensibiliser le plus grand nombre de citoyens. De plus, “cette année le plus fort signe d'encouragement que nous ayons reçu dans cette lutte est sans aucun doute le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi”, souligne Ahmed Lahlimi. Bien que le chantier demeure ouvert, une avancée perceptible a été enregistrée. Le sujet n'est plus tabou. Pour sa part, la répression a contribué au ralentissement du fléau. Le bilan de la dernière campagne en témoigne. Au niveau de la Gendarmerie Royale, 10.202 infractions de corruption ont pu être constatées. Elles ont abouti à la radiation de 55 personnes et l'application de différentes peines de prison. Dans le domaine de la Justice, des actions poursuites ont été engagées contre 2.080 personnes. Et pour boucler la boucle, douze présidents de conseils communaux ont été révoqués par arrêté du Premier ministre et deux suspendus par arrêté ministériel.Cependant, ces chiffres ne doivent pas masquer la réalité. Le pari de la moralisation est encore loin d'être gagné. Les racines du mal possèdent des ramifications multiples. Les poches de résistance demeurent fortes. Aussi, l'effort entamé ne doit-il pas fléchir. Abdelfattah BERHIL

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc