×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Meknès - Tafilalet
    La région opte pour le tourisme vert

    Par L'Economiste | Edition N°:2354 Le 05/09/2006 | Partager

    . De nouvelles niches identifiées . Désenclavement rural, hébergement, animation au programme DE Meknès à Errachidia en passant par Volubilis, Moulay Driss Zerhoun et les plaines verdoyantes du Moyen Atlas, la région Meknès-Tafilalet dispose d’une géographie très diverse permettant des excursions inédites sur près de 80.000 km2. Elle offre ainsi la possibilité d’exercer plusieurs activités touristiques: randonnées pédestres et équestres, VTT, trekking, chasse-pêche... Mais, malheureusement, l’exploitation touristique reste en deçà des capacités. C’est d’ailleurs ce qu’ont soulevé les participants aux premières assises régionales du tourisme (voir article page 18) qui ont appelé par la même occasion à l’élaboration d’un programme de développement régional touristique (PDRT) pour Meknès. Selon Tarik Lechkar, vice-président du CRT de Fès, chargé du développement du tourisme vert, «la prise de conscience des opérateurs, professionnels et décideurs vis-à-vis du développement de l’écotourisme ou du tourisme rural est une initiative qui doit être vivement encouragée. D’autant plus que c’est une réponse à certaines exigences notamment la lutte contre le chômage, l’exode rural et la surexploitation des terres, ainsi que la mise en valeur des produits du terroir et des patrimoines culturel et architectural». De fait, le bipole Fès-Meknès regorge d’innombrables potentialités. Lacs, ornithologie (6.000 oiseaux soit une quarantaine d’espèces qui visitent les lacs de ces régions annuellement), forêts, steppes, oasis et déserts... Bref, une biodiversité écosystémique que l’on peut rarement observer dans d’autres contrées du monde. Le développement du tourisme rural dans ces milieux naturels nécessite la création de micro-activités et micro-projets, tels les métiers de gîteurs, d’aubergistes, de muletiers et médiateurs culturels, mais aussi les métiers concernant les tables d’hôtes, l’artisanat local et l’agro-tourisme. Sans oublier le développement de la culture des produits du terroir ou produits bio que la clientèle prise beaucoup. «Pour réussir ce pari, la nécessité d’interpeller une méthodologie basée sur une visibilité claire et nette reste de mise», indique Lechkar. Et d’ajouter qu’il faut cerner l’offre écotouristique et identifier la clientèle. A ce titre, une campagne publi-promotionnelle basée plus particulièrement sur l’institutionnel ne pourrait qu’apporter un feedback très louable auprès des TO programmant la destination Meknès dans leur agenda. Toutefois, ceci ne pourrait voir le jour sans assurer aux populations de la campagne un minimum de vie décente par l’amélioration du système sanitaire, la scolarisation des enfants, la fourniture d’eau potable, l’électrification et l’édification d’un réseau routier permettant son désenclavement. L’agrotourisme ainsi que l’écotourisme devraient être des niches porteuses. Au terme du premier semestre de l’année 2006, la capitale ismaïlienne a enregistré de bonnes performances en matière d’occupation hôtelière. Cet engouement est expliqué par la création de nouvelles unités hôtelières au cours des deux dernières années (Malta Hôtel 4* et Daliya 5* en sont les deux nouveaux-nés de Meknès). A noter que la région Meknès-Tafilalet compte 199 résidences touristiques et hôtels. Sa capacité d’hébergement s’élève actuellement à 10.101 lits. Elle devra connaître prochainement la création de 3.677 lits supplémentaires avec la réalisation de 36 nouvelles unités.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc