×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Meknès attire de plus en plus d’investisseurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3226 Le 05/03/2010 | Partager

    . 1.518 entreprises et 9.330 emplois créés en 2009. Plus de 10,7 milliards de DH d’investissements projetésL’engouement des investisseurs pour la région de Meknès-Tafilalet se confirme d’année en année. En témoigne d’ailleurs le bilan des investissements réalisés en 2009, publié dernièrement par le Centre régional d’investissement (CRI). Il en ressort que le nombre d’entreprises créées dans la région a atteint 1.518 l’année dernière, contre 1.396 pour l’année 2008, soit une hausse d’environ 8,7%, avec des intentions d’investissement de l’ordre de 1,465 milliard de DH et d’environ 9.330 créations d’emplois. Selon Hassan Bahi, directeur du Centre, «dans le contexte de crise qui caractérise l’économie mondiale, Meknès-Tafilalet est parmi les rares régions du Maroc ayant enregistré une augmentation en termes de création d’entreprises». Les services du CRI ont instruit, au cours de la même année, 377 projets d’investissement totalisant un montant global de plus de 10,7 milliards de DH et générant la création d’environ 19.000 emplois. La répartition sectorielle des investissements classe le secteur du BTP en tête au niveau des montants investis avec 9,414 milliards de DH, soit 87,9% du total de l’investissement prévu. Le secteur du tourisme figure au deuxième rang avec plus de 427 millions de DH. Viennent ensuite l’énergie et les mines en troisième position avec un montant de 359 millions de DH. Les secteurs de l’industrie et du commerce suivent avec respectivement 218 et 195 millions de DH.«En comparaison avec l’année 2008, les dernières statistiques montrent que même si l’économie régionale observe un léger infléchissement, il n’en reste pas moins qu’il s’agit de l’un des rares territoires ayant pu résister à la déferlante de la crise mondiale», explique Bahi. Accueillant une trentaine de diplomates lors d’une récente visite dans la région, ce dernier a dressé un tableau exhaustif des potentialités de sa zone de compétence. Avec une préfecture (Meknès) et quatre provinces (El Hajeb, Ifrane, Khénifra et Errachidia), s’étalant sur 79.210 km², soit 11% du territoire national, la région ne manque pas d’atouts. En effet, la région Meknès-Tafilalet, dont Meknès est le chef-lieu, bénéficie de nombreuses potentialités, notamment naturelles et historiques. En outre, elle jouit d’une localisation stratégique sur l’axe autoroutier Rabat-Fès et de la proximité de l’aéroport de Fès. Elle bénéficie également de la présence d’instituts de recherche et d’enseignement supérieur (Ecole nationale de l’agriculture, Institut national de la recherche agronomique, Université Moulay Ismail, Université Al Akhawayn, etc.). Par ailleurs, Meknès abrite chaque année le Salon international de l’agriculture du Maroc (SIAM), devenu aujourd’hui une manifestation annuelle de grande ampleur réunissant tous les acteurs des filières agricoles et agro-industrielles.Cependant, côté industrie, la région se caractérise par un tissu industriel peu développé, contribuant faiblement à la production nationale (2,38% de la valeur ajoutée). Il convient de noter que 73% des industries sont concentrées dans la préfecture de Meknès. L’industrie agro-industrielle représente 54% de la valeur ajoutée créée par le secteur industriel dans la région.«Pour relancer cette activité et faire de Meknès un pôle de compétitivité dans le secteur agricole et agroalimentaire, la wilaya et le CRI suivent de près, en concertation avec plusieurs partenaires, la réalisation de Agropolis», souligne le responsable de l’investissement. Et d’ajouter que la superficie agricole utile est estimée à 760.000 ha. La fertilité des sols et le climat favorisent la pratique de cultures assez diversifiées (céréales, légumineuses, fruits et légumes, etc.). Quant à l’élevage, et par référence au total national, le cheptel de la région représente 12,6% des ovins, 11,7% des caprins et 7,11% des bovins.


    Agropolis

    Le projet de création d’une cité destinée à améliorer la compétitivité de l’agro-industrie à Meknès, dénommée Agropolis, a été lancé en 2007. Il est confié à MedZ, filiale de CDG Développement, et sera réalisé sur une superficie de 130 ha. A lui seul, ce projet générera un investissement de l’ordre de 5 milliards de DH. Sa réalisation s’inscrit dans le cadre de la déclinaison territoriale du plan Emergence. Ce plan définit une nouvelle stratégie industrielle, dont l’un des piliers est relatif à la modernisation et la dynamisation du secteur agro-industriel, secteur présentant un potentiel certain pour l’encouragement de l’investissement créateur de richesses et d’emplois. Pour ses concepteurs, «le projet Agropolis vise à transformer Meknès en une plateforme, reconnue au niveau mondial, en matière d’agro-industrie.De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc