×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Maroc-UE: Sommet stratégique à Grenade
    De notre envoyé spécial, Aziz Ben Marzouq

    Par L'Economiste | Edition N°:3226 Le 05/03/2010 | Partager

    . Le Maroc invité à accélérer le processus de réforme. Liberté de la presse, analphabétisme… les points noirs LE premier Sommet entre l’Union européenne et le Maroc, qui se déroule à Grenade (Espagne) les 6 et 7 mars, marque de l’avis de tous une «étape stratégique» pour les relations entre les deux parties. «Ce premier Sommet sera une récompense pour tout le monde, aussi bien pour les Marocains que pour les Européens», a indiqué une source du Conseil des ministres de l’UE. Celle-ci a ajouté que le Sommet «ne constituera pas une phase finale, mais une étape dans un processus jugé très satisfaisant. Toutefois, si les choses avancent bien, tout n’est pas encore parfait. Certainement, l’on demandera au Maroc d’accélérer le processus de réforme, notamment dans les domaines de la liberté de la presse, la lutte contre l’analphabétisme et la pauvreté et l’indépendance de la justice. La partie européenne estime «que les efforts de rapprochement du Maroc à l’UE doivent profiter à l’ensemble de la population et pas seulement à quelques-uns». Autrement, le Royaume est un bon élève. Les progrès réalisés dans les domaines des droits de l’homme, de la démocratisation, de la bonne gouvernance et de l’Etat de droitsont salués par les «27» pays de l’UE. Le Sommet de Grenade va permettre aux deux parties de faire le bilan de la mise en œuvre du statut avancé accordé au Maroc. Il sera également question du nouveau Plan d’action Maroc-UE qui prendra la relève de celui qui est actuellement en cours et qui doit s’achever en juillet 2010. Les deux parties s’informeront aussi de l’état des travaux sur la structure à donner à cet instrument. De même qu’elles passeront en revue les progrès enregistrés en matière de coopération financière (1) et de programmes de soutien de l’UE, de transport, de système fiscal, d’administration publique, de santé ou d’alphabétisation dans le cadre du programme indicatif national 2007-2010. Le nouveau Programme indicatif national 2011-2013, qui sera évoqué à Grenade, devrait en principe maintenir les 5 volets stratégiques repris dans le document de stratégie. A savoir le développement des politiques sociales, la bonne gouvernance et les droits de l’homme, l’appui institutionnel, la modernisation économique et la protection de l’environnement. Ces volets devraient former la base pour le développement de nouveaux programmes d’aide pour cette période.

    Ressusciter l’UPM à l’ombre de l’Alhambra?
    Dans le cadre du statut avancé, la commission parlementaire conjointe Maroc-UE devrait recevoir le feu vert des 43 pays partenaires. Concernant les sujets politiques qui seront abordés et qui vont au-delà des relations bilatérales, il sera notamment question du conflit palestino-israélien, du Sahara , de l’immigration, de la sécurité au Sahel et enfin de l’Union pour la Méditerranée (UPM). Sur ce dernier point, du côté européen, l’on reconnaît que ce processus «n’a pas très bien fonctionné jusqu’ici et a été paralysé notamment par l’action militaire d’Israël contre Gaza». On explique que maintenant l’UPM dispose d’un statut, d’un secrétaire général en la personne de Ahmad Massadeh (actuel ambassadeur de Jordanie auprès de l’UE), d’un «beau» bâtiment à Barcelone et «bientôt» d’un budget. Par conséquent, les choses devraient pouvoir bouger. Le nouveau processus (amené à remplacer le Processus de Barcelone) pourrait être officiellement lancé en juin 2010 à Barcelone. La déclaration commune, qui sera signée à la fin du Sommet, reprendra les positions partagées au niveau des thèmes inscrits à l’agenda global et définira la feuille de route de l’avenir des relations entre l’Union européenne et le Maroc.

    Délégations

    LE président du gouvernement espagnol, chargé de la présidence tournante de l’UE, José Luís Zapatero, le président permanent du Conseil européen, Herman Van Rompuy, et celui de la Commission européenne, José Manuel Barroso, ainsi que le commissaire au commerce, Karel de Gucht, et celui chargé de la politique de voisinage, Stefan Füle représenteront la partie européenne. La délégation marocaine, elle, sera composée du Premier ministre, Abbas El Fassi, et des ministres des Affaires étrangères, de l’Économie et des Finances, de l’Agriculture et de la Pêche, de l’Éducation, de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies et du Commerce extérieur. Le Sommet, organisé le dimanche 7 mars au palais Charles V, aura lieu le lendemain de la réunion entrepreneuriale à Grenade, à laquelle participeront Zapatero, Barroso et El Fassi. ---------------------------------------------------------------------------------------------------(1) Un montant indicatif de 580,5 millions d’euros a été affecté au Maroc pour la période 2011-2013 au titre de la Politique européenne de voisinage.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc