×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Maroc Telecom/Vivendi: Opération bouclée

Par L'Economiste | Edition N°:1932 Le 05/01/2005 | Partager

. Le président de Vivendi a remis un chèque de 12,4 milliards. Révision du pacte des actionnaires C’est fait! Maroc Telecom est devenue une société majoritairement privée. L’accord conclu le 18 novembre dernier entre Vivendi et le gouvernement pour l’acquisition de 16% du capital de l’opérateur historique a été concrétisé hier à Rabat. Les documents ont été signés par Jean René Fourtou et Driss Jettou. A cette occasion, le président de Vivendi a remis un chèque de 12,4 milliards de DH, montant correspondant à la transaction. Une fois n’est pas coutume: ce n’est pas le ministre des Finances et de la Privatisation qui a paraphé le document de la transaction. C’est Jettou qui l’a fait en compagnie de Jean René Fourtou. Vivendi a mobilisé ce montant en euros pour près de la moitié. Le reste des fonds a été levé sur le marché financier local. Cette opération est bénéfique pour les banques marocaines, a confié à L’Economiste Oualalou. D’autant qu’elle permet au gouvernement de mieux maîtriser le marché monétaire surliquide. . Elargir les pouvoirs de gestion opérationnelleIl est évident qu’au cours de cette transaction, les deux partenaires ont révisé le pacte d’actionnaire en vue d’élargir les pouvoirs de gestion opérationnelle de Vivendi tout en permettant au Maroc de préserver ses droits d’actionnaires minoritaires et ses intérêts souverains dans une société désormais privée. Pour le ministre, cette transaction a également contribué au succès de l’opération d’introduction à la Bourse de Casablanca et à Euronext Paris avec tous les records battus.Comme en pareilles circonstances, Jettou n’a pas tari d’éloges à l’égard d’Abdeslam Ahizoune «qui a mené et remporté plusieurs batailles ces quatre dernières années. La dernière en date est l’introduction en Bourse de Maroc Telecom». Son palmarès s’étend également à la cession de 16% du capital de l’entreprise que les deux partenaires ont concrétisée hier. Jean René Fourtou reviendra également à la charge, mettant en valeur le talent de manager d’Ahizoune, l’homme des situations difficiles. Pour lui, Maroc Telecom est un symbole plébiscité par les milieux financiers internationaux puisque l’entreprise a été souscrite plus de 31 fois. Sur le plan international, cette réussite traduit notamment une confiance dans la monnaie marocaine et les lois du pays. Du haut de son expérience de gestion des entreprises internationale, Fourtou a rappelé que le premier critère dans le choix d’investir dans un pays est la crédibilité dans son système légal et politique. . Fort potentiel de croissance Plus tard, Fathallah Oualalou ne manquera pas non plus d’insister sur les qualités du président du directoire de Maroc Telecom et l’ensemble du personnel qui ont su adapter le fonctionnement de l’entreprise pour la rendre de plus en plus performante. Elle possède un fort potentiel de croissance et jouit d’une bonne image auprès des Marocains. Elle est surtout l’une des entreprises des telecoms les plus rentables dans le monde. Pour le ministre des Finances et de la Privatisation, cette opération est importante sur le plan politique et économique. Elle confirme la volonté du Maroc à poursuivre l’ouverture et renforce l’attractivité du pays vis-à-vis de l’extérieur. Rappelons que la moitié de cette manne ira au Fonds Hassan II pour le développement économique et social. Le reste sera versé dans les caisses de l’Etat pour près de 6,2 milliards de DH. Cette somme représente un peu plus de la moitié des recettes de la privatisation inscrites dans la loi de Finances pour 2005. Pour Oualalou, cette opération soulage certes le budget de l’Etat. Mais, le plus important concerne le projet industriel et le partenariat stratégique avec le groupe international Vivendi.Mohamed CHAOUI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc