×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Maroc-Espagne: Six conventions signées

    Par L'Economiste | Edition N°:2479 Le 07/03/2007 | Partager

    . Deux mémorandums sur les énergies renouvelables. Un fort appui au ministère de l’Emploi. José Luis Zapatero reçu hier par le SouverainLa 8e réunion de haut niveau Maroc-Espagne a été très économique. Les deux délégations ont préféré parler affaires et politiques sectorielles (cf. www.leconomiste.com). En témoignent les accords et mémorandums d’entente signés à l’issue de cette rencontre (5-6 mars à Rabat). Les énergies renouvelables ont eu la part belle. Deux mémorandums d’entente ont ainsi porté sur des financements partiels des projets de parc éolien de Tanger et de centrale thermo-solaire de Aïn Beni Mathar. Deux conventions de financement seront conclues, à cet effet, entre l’Institut espagnol de Credito Oficial et l’ONE. Ces crédits seront garantis par le Maroc. Autre mémorandum d’entente signé, un appui institutionnel au ministère marocain de l’Emploi et de la Formation professionnelle. L’objectif est de renforcer ses moyens et capacités par le biais d’un programme de coopération, mis en œuvre à titre d’expérience pour la période 2007-2008. L’Agence espagnole de coopération internationale participera à son élaboration, financement et exécution. Le programme en question vise la mise en place de l’observatoire de l’emploi. La mise en œuvre du plan du ministère relatif à la conformité sociale des entreprises, à la formation des inspecteurs de travail et à la lutte contre le travail des enfants sont également au programme.L’émigration a également été au menu. Un accord de coopération dans le domaine de la prévention de l’émigration illégale des mineurs non accompagnés, leur protection et leur retour volontaire concerté a été conclu. Les mesures qui y figurent portent notamment sur des projets de développement dans les régions d’origine de ces mineurs, la lutte contre les réseaux de trafic de personnes et l’assistance des mineurs marocains se trouvant sur le sol espagnol. Des actions en matière de retour et d’insertion sociale sont également envisagées. Un comité de suivi sera créé et se réunira une fois par an. Pour le président du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero, cet accord revêt une importance capitale dans la mesure où les deux pays ne partageaient pas la même position sur ce dossier. Autre secteur, le partenariat judiciaire. Egalement signée, une convention cadre de coopération entre l’Institut supérieur de la magistrature et le Centre espagnol des études juridiques portant sur une durée de trois ans. Elle consiste en l’échange d’informations et l’appui à la formation initiale et continue. A cela s’est ajouté un projet d’accord de mise à disposition d’un terrain pour la construction d’une école espagnole à Rabat.Ces accords viennent renforcer davantage une coopération qu’Espagnols et Marocains jugent exemplaire. «Les liens entre nos deux pays n’ont jamais été aussi féconds qu’aujourd’hui», s’est réjoui le Premier ministre Driss Jettou lors de l’inauguration de la séance plénière tenue hier. Il en veut pour preuve les échanges commerciaux avec l’Espagne qui ont représenté en 2006 près de 15% du commerce extérieur du Maroc. Plus du quart des investissements drainés l’année dernière sont provenus d’Espagne. Et près de 500.000 touristes espagnols ont visité le pays, soit le double du nombre enregistré en 2003. Les entreprises espagnoles installées au Maroc s’élèvent à plus de 1.000 unités. Un état des lieux positif entre les deux pays et sur lequel le président du gouvernement espagnol est revenu lors de l’audience que S. M. Mohammed VI lui a accordée à la fin des travaux de la réunion de haut niveau.


    «Des clandestins en moins, des travailleurs légaux en plus»

    A la question sur la position de l’Espagne sur le plan d’autonomie des provinces du Sud, Zapatero est resté prudent. «Notre gouvernement a fait part de ses remarques. Nous pensons que ce plan constitue une voie pour un dialogue entre toutes les parties concernées. Et nous restons disposés à contribuer au lancement des négociations, dans un climat de franchise et de confiance», a déclaré le président de gouvernement au cours d’une conférence de presse tenue hier. Zapatero est également revenu sur le dispositif de lutte contre l’émigration clandestine. Se félicitant de la coopération exemplaire entre les deux pays sur ce registre, il a appelé le Maroc à redoubler d’effort. Pour lui, des émigrés clandestins en moins, ce sont des travailleurs légaux, saisonniers ou permanents, en plus.T. Q.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc