×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Les PME belges en campagne

    Par L'Economiste | Edition N°:2479 Le 07/03/2007 | Partager

    . La construction et l’agroalimentaire: Deux secteurs porteurs. Une coopération entre PME marocaines et belges en MauritanieLes Belges souhaitent intensifier leur coopération avec le Maroc. Pour preuve, une mission d’hommes d’affaires de la région Wallonie et de la Flandre est attendue à Casablanca du 14 au 16 mars.Plusieurs secteurs sont représentés: immobilier, équipement, alimentation avec une attention particulière pour les services informatiques pour lesquels les PME belges ont développé une expertise mondialement reconnue. Qu’il s’agisse de l’ingénierie ou des logiciels, les firmes belges sont très actives au Maroc. D’ailleurs elles ont fourni des logiciels à l’Onep, entre autres.Les entreprises qui font partie de cette mission sont: Tansens & Casaert, fabricant de tapis; Volys Star, qui élabore des produits de volailles Halal; VMD, laboratoire pharmaceutique leader dans le secteur vétérinaire en Belgique; Finres Group, spécialisée dans la formulation, la distribution et l’application de résines synthétiques et de mortiers de scellement; Knaepen, opérant dans le domaine de revêtement des façades et Boeckmans spécialisé dans le transport maritime; Xifo, spécialisée dans l’industrie agroalimentaire, l’agriculture, l’aquaculture ainsi que l’énergie. Besix, spécialisé dans l’aménagement et l’équipement portuaires. Cette société avait décroché un contrat pour la réalisation de travaux sur le port de Tanger. Cette mission intervient après le succès du dernier salon Belgica. Les échanges belgo-marocains ne se limiteront plus aux seuls secteurs de l’environnement et l’assainissement, jadis domaines de prédilection des opérateurs belges. Les Belges ont compris tout l’intérêt de se diversifier et s’en sont même donné à cœur joie. Certaines entreprises ont pu connaître par le biais de Belgica d’autres évènements. Cremai (salon international de l’industrie hôtelière, de la restauration et de la pâtisserie-boulangerie) a connu la participation de sociétés belges, des chocolatiers pour la plupart. Saïd Fakir en fait partie. C’est un Marocain résident en Belgique et propriétaire d’une société exportatrice de chocolat. «90% de notre production sont destinés à l’exportation. Avec Cremai, nous allons étudier la possibilité d’élargir nos parts de marché au Maroc». Pour ce dirigeant, le taux de la douane représente pour l’instant un obstacle à cette perspective. En effet, l’importation de chocolat au Maroc est soumise à un taux de 59%, ce dernier demande une attention particulière et des procédés de refroidissement délicats. Pourtant le chocolat n’empêche pas le Maroc d’être le 46e client de la Belgique et son 50e fournisseur. Cet engouement peut s’expliquer, entre autres, par la stabilité politique du pays, malgré des risques commerciaux élevés, selon l’étude de la SA Ducroire, spécialisée dans l’assurance contre les risques liés aux transactions commerciales internationales.Casablanca sert également de plateforme à la Mission économique pour piloter les actions de promotion pour la Mauritanie et le Cap-Vert. En effet, les Belges sont très intéressés par les opportunités du marché mauritanien, surtout que celui-ci est le 13e producteur mondial de fer et que son sol est riche en gisements de pétrole et de gaz naturel.Une coopération triangulaire se dessine d’ailleurs avec les PME marocaines. Sur certains projets, les entreprises belges adjudicataires des marchés en Mauritanie font appel à des sociétés marocaines pour la réalisation d’une partie du projet.


    Les échanges belgo-marocains

    Les échanges entre le Maroc et la Belgique sont en pleine expansion. En effet, les transactions ont doublé en l’espace de 7 ans et ce n’est pas près de s’arrêter. Les dernières statistiques, indiquent les importations belges, ont atteint les 4 milliards de DH en 2006. La part du lion va aux produits des industries, matières textiles et aux métaux. Les exportations belges se chiffrent à plus de 5 milliards de DH, réparties entre les machines et appareils, les produits minéraux ainsi que ceux du règne végétal. Sara BADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc