×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Marine marchande française : Le premier volet du plan de soutien dévoilé

    Par L'Economiste | Edition N°:85 Le 24/06/1993 | Partager

    Le ministre français des Transports, M. Bernard Bosson, a présenté le 16 juin la première mesure d'un plan de sauvetage de la marine marchande, annoncé fin avril. Pour permettre le maintien d'une flotte marchande française forte et éviter par conséquent sa délocalisation, le gouvernement a décidé d'étendre aux navires de lignes régulières de fret la possibilité d'être immatriculés sous le pavillon TAAF (registre des Terres Australes et Antarctiques Françaises). Egalement appelé Kerguelen, ce pavillon présente des conditions d'exploitation plus avantageuses que le pavillon national, indique la presse française. En contrepartie, le gouvernement exige que l'équipage soit à 70% de nationalité française, contre 35% auparavant. Cette exigence devrait permettre d'éviter la disparition progressive d'emplois de navigants français, qui sont moins de 10.000 actuellement.

    La principale entrave à la conservation dans la flotte française de navires battant pavillon national (au 22 avril 1993, 222 unités ont été dénombrées. Ce chiffre place la France au 27ème rang mondial) réside, selon les explications de la presse étrangère, dans les coûts de production, et notamment les charges sociales. Compte tenu de leur niveau élevé, les armateurs français, qui ont réalisé 24 milliards de chiffre d'affaires en 1991, ne parviennent pas à tenir tête à la concurrence. Pour une qualité de service équivalente et un équipage de 15 à 25 personnes, le surcoût peut facilement atteindre 3.000 Dollars par jour.

    L'ouverture du pavillon Kerguelen n'est valable que pour le fret. Elle exclut donc tous les navires de voyageurs. Ces derniers vont probablement être les bénéficiaires du deuxième volet du plan, normalement prévu avant la fin de l'année, a laissé entendre M. Bosson. Le premier volet devrait profiter, quant à lui, à une quarantaine de navires supplémentaires, 65 environ étant déjà immatriculés aux Kerguelen, et coûter à l'Etat près de 50 millions de Francs.

    Le groupe SDV (Bolloré) et la Compagnie Générale Maritime (CGM), privatisable, sont les principaux armateurs visés par l'ouverture du pavillon Kerguelen. Chacun d'entre eux est susceptible de voir une vingtaine de ses navires changer de pavillon.

    TVHD: La CEE adopte un plan de soutien

    LES ministres des Télécommunications de la Communauté européenne ont adopté, le 16 juin, un plan de soutien pour la production et la diffusion de programmes au nouveau format d'écran large (16/9), celui de la télévision haute définition (TVHD).

    L'accord, qui intervient après six mois d'âpres négociations, prévoit une enveloppe de 228 millions d'Ecus sur quatre ans (jusqu'en 1997). Le financement communautaire est fixé à 160 millions d'Ecus, plus une réserve de 68 millions. Celle-ci est destinée à aider, après 1995, les pays moins avancés technologiquement en finançant jusqu'à 80% de leurs projets. En mai dernier, les négociations avaient buté sur le fonds communautaire. Les Britanniques avaient opposé leur veto en rejetant la somme de 160 millions d'Ecus. Ils n'en proposaient que 150. Pour les convaincre cette fois, la présidence danoise a dû apporter quelques changements, notamment l'obligation pour l'industrie de l'audiovisuel d'apporter des fonds équivalents à ceux de la Communauté. Le texte qui vient d'être approuvé souligne en effet que "les fonds communautaires ne couvrent en général que 50% maximum des coûts supplémentaires" découlant du passage du format actuel 4/3 au grand format 16/9, proche du cinéma.

    Pour bénéficier de ces fonds, les chaînes de télévision devront diffuser plus de 50 heures par an de programmes en 16/9. Ces aides seront accordées suivant le nombre d'heures produites, les coûts effectifs et la qualité technique des programmes, précise l'accord en ajoutant qu' "un accent particulier" sera mis "sur les programmes produits en Europe". Devraient en bénéficier, en premier lieu, les chaînes qui sont déjà au format 16/9, à savoir TV Plus aux Pays-Bas ou France Supervion. Selon la presse étrangère, l'élément essentiel du plan réside dans l'absence de référence à toute norme de diffusion. Comme prévu, la référence à la norme D2 MAC, mise au point par Philips et Thomson, est abandonnée. Cet abandon devrait permettre l'introduction progressive du HD-MAC, la norme de TVHD européenne.

    Japon: Léger recul de l'excédent commercial

    LE Japon a dégagé en mai un nouvel excédent commercial de 7,7 milliards de Dollars, en baisse de 0,1% sur mai 1992. Il s'agit du premier recul en deux ans et demi.

    Il résulte d'une hausse des importations (+8,1% à 19,1 milliards) découlant elle-même d'une appréciation du Yen. Les exportations, elles, ont progressé de 5,6% à 26,8 milliards. L'annonce de ce recul tombe à quelques semaines du Sommet des Sept qui aura lieu à Tokyo.

    Le Japon pourrait s'en servir comme argument pour éviter de se retrouver sur le banc des accusés. Ses partenaires lui reprochent en effet d'être protectionniste. Mais vu l'importance des surplus cumulés depuis janvier, cet argument risque d'être sans portée aucune.

    A fin mai, l'excédent commercial cumulé ressort à 47,3 milliards de Dollars, soit un accroissement de 19% par rapport à la même période de 1992.

    Synthèses réalisées par Hakima EL MARIKY

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc