×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Dossiers

    Marché des changes: : Les premiers pas

    Par L'Economiste | Edition N°:237 Le 04/07/1996 | Partager


    Le turnover quotidien depuis le démarrage du marché des changes se situe en moyenne à 216 millions de DH. Les opérations traitées durant les trois premières semaines ont révélé l'insuffisance de liquidité pour quelques devises.


    Le marché des changes est opérationnel depuis maintenant un mois. Le bilan des trois premières semaines est "satisfaisant", assure M. Abdelmalek Ouenniche, directeur central, responsable de la Direction des Affaires internationales à Bank Al-Maghrib.
    Le volume quotidien des transactions sur l'interbancaire (turnover) s'est élevé en moyenne à 216 millions de DH. Les opérations traitées avec la Banque centrale représentent, elles, 46 millions de DH/jour pour l'achat de devises et 50 millions/jour pour la vente.

    Des difficultés techniques ont toutefois ponctué le démarrage du marché: pannes dans le système de transmission Reuters et retards dans la transmission à Bank Al-Maghrib des états d'information. Outre ces difficultés, le marché a montré l'insuffisance de liquidité pour quelques devises, notamment le Dollar et la Peseta.

    Comme attendu, les banques se sont abstenues de prendre de grandes positions de change, ce qui ne va pas dans le sens d'une dynamisation du marché, est-il indiqué.

    Il est à rappeler que les intermédiaires agréés peuvent détenir des positions globales ou par devises à hauteur respectivement de 20 et 7% maximum de leurs fonds propres nets.

    Les positions de change prennent en compte les éléments d'actif et de passif libellés en devises étrangères et les opérations de change au comptant et à terme inscrites en hors bilan.

    Les éléments dont le risque de change est supporté par l'Etat et les dotations des succursales à l'étranger sont exclus.

    Courbe de taux


    Le marché des changes vise notamment à améliorer l'exécution des ordres en devises de la clientèle. Les milieux financiers lui reconnaissent au moins quatre avantages: favoriser la concurrence entre banques, intégrer le marché mondial des capitaux, encourager l'investissement étranger au Maroc et offrir les instruments de couverture de change à la clientèle. Le système de risque de change va être réformé, a déclaré M. Mohamed Kabbaj, ministre des Finances et des Investissements Extérieurs.
    Les banquiers comme les intermédiaires en bourse et les investisseurs étrangers insistent davantage sur la réduction du délai de dénouement des opérations, qui est actuellement de deux jours au maximum contre quatre auparavant.

    La connaissance à l'avance des cours achat et vente pour les opérations au comptant est également présentée comme un atout.
    Côté insuffisances, les banquiers rappellent entre autres l'inexistence d'un marché monétaire à terme, nécessaire à la mise en place d'instruments de couvertures de changes (swaps, outright...), l'absence de référence de base comme le Pibor et la difficulté d'élaborer des courbes de taux. Les milieux financiers et d'affaires déplorent la léthargie du marché des Bons du Trésor. C'est en effet sur ce marché que se dessine la courbe des taux de référence à risque zéro, les Bons représentant un risque nul. Et c'est sur cette courbe de référence que viennent se greffer celles des autres marchés, en l'occurrence celui des changes.


    Les différentes opérations de change


    · Opérations au comptant: effectuées aussi bien pour le propre compte des banques que pour celui des clients, ces opérations couvrent les achat et vente de devises contre Dirham et devises contre devises. Les cours plancher et plafond proposés à la clientèle correspondent aux cours affichés par la BAM, ajustés de la commission de 2%. Pour les opérations traitées auprès de l'Institut d'Emission, le montant minimum est d'un million de DH.

    · Opérations à terme: les intermédiaires sont autorisés à effectuer entre eux ou pour le compte de leur clientèle des opérations d'achat et de vente à terme Dirham contre devise et devise contre devise. Les opérations pour le compte de la clientèle doivent être adossées à des transactions commerciales (importations, exportations) ou à des emprunts et prêts en devises. Les achats de devises à terme ne peuvent avoir une échéance supérieure à 90 jours pour les transactions commerciales et à un an pour la couverture des prêts et emprunts extérieurs. La Banque centrale n'affiche pas de taux de change à terme et ne se porte pas contrepartie à ces opérations.

    · Opérations de swaps: ces opérations peuvent être traitées entre banques et avec les clients, l'échéance des contrats ne devant pas dépasser un an.

    · Opérations de dépôts: les intermédiaires peuvent effectuer entre eux et avec la clientèle des opérations de dépôts à échéance fixe dont la maturité et la rémunération sont contractuelles. Les banques peuvent également placer auprès de la BAM leurs excédents en devises n'ayant pas trouvé emplois sur le marché. Le montant minimum de ces placements est de 5 millions de DH, la rémunération s'effectuant au taux du marché.
    Les opérations traitées avec la BAM sont effectuées en continu entre 8h30 et 15h30.

    Hakima EL MARIKY

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc