×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Maquettiste : Un apprentissage sur le tas faute de formation

    Par L'Economiste | Edition N°:250 Le 17/10/1996 | Partager


    Le métier de maquettiste compte de plus en plus d'adeptes. En l'absence de formation spécifique, les maquettistes sont souvent architectes, dessinateurs en bâtiment ou diplômés des arts appliqués.

    Des notions de dessin à trois dimensions, une aptitude à lire les plans et une grande imagination. Etre maquettiste n'est pas aisé, surtout qu'il n'existe pas de formation spécifique.
    C'est en effet avec la pratique que le maquettiste acquiert les ficelles du métier. «Il est chaque jour confronté à des situations différentes et peut ainsi faire la découverte de nouvelles astuces», indique M. Driss Rachidi, responsable de l'atelier de maquettes A+U. Les maquettistes ont pour la plupart suivi une formation en architecture. Mme Kerstin Sjoberg, de Plein Art, qui opère depuis une quinzaine d'années à Casablanca, a carrément laissé tomber son métier d'architecte pour la maquette. M. Bachir Namany, de TPE, exerçant simultanément les deux fonctions, a été dès sa première année à l'Ecole spéciale d'architecture de Paris, orienté par son professeur vers un stage dans un atelier de maquettes. Il a ensuite été chef de groupe chez Immo Maquette à Paris. «Il est donc tout naturel pour moi d'exercer cette passion», dit-il.
    Les maquettistes viennent également des arts appliqués ou des beaux-arts. M. Rachidi crée son atelier directement après son service civil au Ministère de l'Habitat, service maquette. Il est diplômé des arts appliqués à Bordeaux.

    70.000 à 800.000 DH


    Avec une première expérience dans un atelier de maquettes, des dessinateurs s'improvisent en maquettistes. Ils ont très souvent un diplôme de dessin de bâtiment obtenu à l'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT).
    «Baromètre de l'immobilier, la maquette réagit directement à la conjoncture». Pour l'ensemble des opérateurs, le métier est extrêmement dur. «Sur une année, nous pouvons n'avoir que quatre mois de travail effectif». Cependant, cette période, aussi courte soit-elle, permet de bien gagner sa vie. Selon M. Rachidi, c'est une activité à forte valeur ajoutée bien qu'elle soit très sensible à la conjoncture. Un maquettiste peut ainsi gagner entre 70.000 et 800.000 DH par an, nets de toutes charges.
    Quand il est salarié, le maquettiste commence avec un salaire minimum de 2.000 DH.
    «Ces revenus pourraient être plus importants sans la concurrence des bricoleurs». Cette situation est d'autant plus problématique que le métier n'est pas réglementé. «Choisissant des matières modestes, ils cassent les prix. Une maquette coûtant 10.000 DH peut être proposée à 1.000 DH seulement», note M. Namany. Pour Mme Sjober qui ne s'en inquiète pas outre mesure, c'est la qualité qui régule le marché.
    Les opérateurs du secteur souffrent aussi des problèmes d'approvisionnement, surtout pour les produits d'animation (voitures miniatures, bonhommes, arbres, etc...). Pour pallier le manque sur le marché local, ils se sont mis à les confectionner. Des filaments de nickel, induits de colle et ensuite de liège et de mousse, peuvent devenir des arbres. Les petites voitures sont fabriquées avec du plastic ou du plexiglas. Cependant, si pour les maquettes à petite échelle ces moyens de bord peuvent suffire, les maquettes à grande échelle ne peuvent s'en contenter. «Il nous faut à ce moment des articles qui ressemblent à s'y méprendre aux réels».
    De même, la matière première qui sert directement à la production de maquettes provient essentiellement de l'importation. Les PVC, plastique, liège et plexiglas restent les matières les plus utilisées.
    Ces matières sont travaillées selon des procédés spéciaux. Pour des découpes précises, de chauffage et de polissage, les maquettistes doivent disposer d'un ensemble de machines et de matériels de précision. «Un atelier de maquettes structuré a besoin en moyenne d'un investissement machines de l'ordre de 300.000 DH».

    Malika EL JOUHARI.


    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc