×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Affaires

Maîtrisez la traçabilité de vos créances

Par L'Economiste | Edition N°:1426 Le 30/12/2002 | Partager

. Une table ronde lance le programme de l'Association des professionnels du recouvrement . Face à la flambée d'impayés, l'adage «Mieux vaut prévenir que guérir» devient une impérieuse nécessitéA peine créée, l'Association marocaine des professionnels des établissements de recouvrement (AMPER) est déjà en campagne de charme en direction des entreprises. La table ronde qu'elle organise en partenariat avec Polyfinance le 9 janvier prochain sur «Le crédit management, le moyen de prévenir les risques impayés et maîtriser les délais de paiement» fait partie de ce «chantier de sensibilisation» d'un service encore mal connu, voire mal perçu par de nombreux chefs d'entreprise. Le crédit management n'est pas encore une fonction à part entière dans l'entreprise marocaine. Et lorsqu'il existe, il se trouve à équidistance entre le commercial et les finances, analyse Abdelhai Lazrak, président de l'AMPER. Il lui reste donc à gagner ses galons. Le crédit management est souvent perçu par les commerciaux comme un frein au développement de leur activité. Pourtant, la maîtrise de la gestion du compte client est une importante phase de la mise à niveau de l'entreprise dans le contexte marocain. Le retard de paiement ou plus, généralement, les impayés dans les transactions commerciales font partie du paysage des affaires au Maroc. Toutes les entreprises ou presque souffrent de ce phénomène. Pour les entreprises organisées, se doter d'une structure dédiée ou externalisée est un moyen de s'assurer de la traçabilité de la créance et d'anticiper les problèmes du client, et donc les solutions qui permettent de limiter les pertes. En Europe, la Commission européenne, garant du respect des mécanismes de la concurrence dans les pays de l'Union s'est saisie du traitement de ce dossier qui pénalise d'abord les plus faibles parmi les entreprises, celles-là même dont la capacité financière est limitée. Bruxelles a donc édicté un règlement définissant la grille de délais de paiement dans les transactions commerciales. Exit les 60 voire 90 jours fin de mois, qui étaient la règle dans beaucoup de secteurs. Les délais ont été réduits à 30-45 jours tout au plus et les Etats ont été priés d'accélérer le contentieux judiciaire.Dans l'offre du système éducatif, il n'existe pas de formation dans le domaine. L'Association marocaine des professionnels des établissements de recouvrement promet d'apporter sa contribution à la formation des ressources humaines. Dès février 2003, Polyfinance (institut privé spécialisé dans le domaine financier) assurera un cycle de formation en crédit management en partenariat avec le cabinet Capital Conseil. Il n'est pas exclu qu'à l'avenir, un module diplômant en bonne et due forme soit lancé. Persuader l'entreprise que la gestion du compte client fait partie du processus de la mise à niveau est l'un des objectifs que se fixe l'association. Son président en fait même une des priorités de son mandat, en plus de la mise en place d'une réglementation qui contribuera à la structuration de la profession.


Les critères de professionnalisation

Gros émetteurs d'ordre en matière d'externalisation du recouvrement depuis que Bank Al-Maghrib avait institué les mesures prudentielles, les banques sont malgré tout restées méfiantes. Elles imposent aux cabinets de recouvrement un cahier des charges insistant particulièrement sur la couverture d'assurance en responsabilité civile du gérant et la caution.Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc