×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Affaires

    Lydec lance un emprunt obligataire de plus de 1 milliard de DH

    Par L'Economiste | Edition N°:1718 Le 04/03/2004 | Partager

    . L'opération, en deux tranches, destinée aux investisseurs institutionnels. Il servira à couvrir une partie du coût du transfert de son régime de retraite vers et RCARAprès l'ODEP la Régie des Tabacs, Lydec a décidé d'externaliser le régime de retraite de son personnel pour le transférer au RCAR. Le coût de ce transfert, évalué à 2,5 milliards de DH, sera payable en deux parties. La première sera financée par un emprunt obligataire de 1,05 milliard de DH lancé par la société de distribution d'eau, d'électricité et d'assainissement de Casablanca, A cela s'ajoutent 432 millions de DH de ressources disponibles immédiatement (262 millions de DH du fonds de liquidation de la RAD, 153 millions de Lydec, 8 millions de réserves disponibles auprès de la Caisse commune de retraite et 8,5 millions de prélèvement retraite sur les consommations). Le reliquat (près de 1 milliard de DH) sera mobilisé ultérieurement. Plusieurs pistes sont envisagées. Le Conseil déontologique des valeurs mobilière (CDVM) a donné son visa d'approbation. Les obligations seront cotées à la Bourse des Valeurs de Casablanca et la période de souscription sera ouverte du 8 au 11 mars. L'emprunt comportera deux tranches d'émission. Le montant de la tranche A (sénior) est fixé à 775 millions de DH, d'une maturité de 15 ans, à un taux d'intérêt fixe de 6,77%. Pour la tranche B (subordonnée), le montant de l'émission est de 275 millions de DH, à un taux d'intérêt révisable de 6,95%. La durée de maturité est la même que la tranche A. L'opération est pilotée par la CDG qui agit en tant que chef de file du syndicat de placement. D'autres intermédiaires financiers sont associés.Pour Hassan Boubrik, directeur du Pôle marché des capitaux de la CDG, le schéma de financement est novateur dans la mesure où l'opération a été élaborée pour apporter de solides garanties aux investisseurs institutionnels. L'emprunt est basé sur des flux sécurisés et déjà identifiés. Les prélèvements se feront sur les factures des consommations à hauteur de 5 centimes le mètre cube d'eau, 2 centimes pour la tranche sociale et 4 pour l'assainissement. A cela s'ajoutent des montants en provenance des fonds de travaux. Ces montants seront prélevés à la source et mis dans un compte spécial pour cette opération. Ainsi, le couple rendement-risque est très attrayant, affirme Boubrik pour qui tant que l'eau et l'électricité sont distribués à Casablanca, la dette sera payée. Selon lui, cette émission représente une bonne opportunité aux investisseurs institutionnels dans un contexte de surliquidité du marché financier.Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc