×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Fès: Une assemblée du Conseil de la ville aux allures d'un souk

    Par L'Economiste | Edition N°:1718 Le 04/03/2004 | Partager

    . Des élus remettent sur le tapis des anomalies dans la gestion des ex-communes Les élus ne vont certainement pas oublier la réunion de mardi dernier qui a tourné aux allures d'un souk. Accusation à tort et à travers, insultes, gros mots… tout était permis. Des élus ne se gênaient pas à perturber les débats pour créer une ambiance qui n'a rien à voir avec l'image d'un conseil de la ville. Tout a commencé lorsque Saïd Lebbar, membre du Conseil, avait demandé à Hamid Chabat, président, d'informer l'assistance sur les travaux de la Commission financière tenue la veille. Et c'est parti. “Complexe culturel, jardin de Jnane Sbill… des projets non achevés depuis des années alors que des budgets leur avaient été affectés. Rien que pour le complexe, Al Horia…. le Conseil de la ville a découvert des arriérés de 36 millions de DH qu'il faut rembourser”, indique Chabat. «Les membres du conseil ont, quand même, le droit de savoir où est passé cet argent?» ajoute-t-il. “C'est malheureux. Mais c'est la réalité de la ville de Fès, qui a vécu pendant des années dans l'anarchie”, regrette encore Chabat. “Le Conseil de la ville est actuellement déficitaire de 50 millions de DH et enregistre 120 dossiers devant le tribunal suite aux plaintes des créanciers”. Et la liste des défaillances est longue. Alors qu'on tentait de poursuivre l'ordre du jour, Abdelhaq El-willali, autre élu, réagit au nom de l'opposition. Pour lui, s'il y a eu une mauvaise gestion des affaires de la ville, il faut présenter les coupables devant la Justice. El-willali va jusqu'à accuser le président du conseil d'être aussi responsable. Alors que la réunion plongeait dans le désordre, Aziz Lebbar, membre élu, invite les participants à assumer leur rôle d'élu et laisser de côté les petites querelles. L'avenir des habitants de la ville dépend de vous, dit-il. Une déclaration qui a mérité les applaudissements des invités. En fin de compte, les membres ont voté tardivement quelques points à l'ordre du jour. Il s'agit notamment du règlement interne du marché de gros et du marché de poisson. Par la suite, les bilans administratifs de toutes les communes au titre de l'exercice 2003 ont été communiqués aux invités. De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc