×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Affaires

    Tanger: Le transport en tête des futurs investissements

    Par L'Economiste | Edition N°:1718 Le 04/03/2004 | Partager

    . Les services enregistrent la plus forte progression des certificats négatifs délivrésLe secteur des services à Tanger semble sur une bonne lancée. En 2003, la délégation du commerce de Tanger a délivré 777 certificats négatifs pour ce seul secteur des services, soit une croissance de près de 101,8% par rapport à 2002. Et au sein de ce secteur, c'est l'activité de transport qui vient en tête avec 216 certificats négatifs. Selon les observateurs, ce ne seraient pas des créations nettes d'entreprises, mais plutôt des régularisations. En effet, suite aux efforts de réglementation de l'Etat, “nombre d'entreprises du secteur des transports travaillant dans l'informel ont opté pour la régularisation de leur situation”, note Abdelhamid Jabri, délégué du ministère du Commerce et de l'Industrie à Tanger.Mais même si on exclut l'activité de transport, le secteur des services affiche un bon score de 45,7% d'augmentation par rapport à 2002. Cette performance est à mettre sur le compte de l'accroissement de l'activité de la zone franche de Tanger et le projet du port Tanger-Méditerrannée. En effet, plusieurs sociétés de la zone franche ont réussi à drainer une bonne partie de leurs sous-traitants à Tanger. D'autres ont émis une demande qui a été rapidement satisfaite par les opérateurs locaux. Tel est le cas du transport de personnel, ou même de travaux de comptabilité ou autres. Par contre, les secteurs de l'industrie, de la promotion immobilière et des travaux publics ont connu des baisses importantes. Selon des observateurs, il n'y a pas pour le moment une explication à ce phénomène. Il est possible que le marché soit arrivé à saturation. Quant aux responsables de la délégation, cette baisse ne remet pas en cause les performances de l'économie de la région, “les certificats négatifs sont avant tout des intentions d'investir et doivent être traités en tant que telles”. A. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc