×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

L'incompréhensible erreur de l'Intérieur

Par L'Economiste | Edition N°:1364 Le 30/09/2002 | Partager

. Comme un seul homme, l'opinion publique s'est tournée vers le Souverain. Les élections plus les télécoms ont changé la sociétéLes 24 heures qui ont suivi les votes ont bien failli ruiner le processus électoral: le ministère de l'Intérieur y a fait cafouillages sur cafouillages.Il avait promis les résultats au fur et à mesure de leur arrivée et que tout serait terminé le samedi 28 septembre vers 15h et au plus tard vers 19h.Aux questions étonnées, pour savoir si le ministère était «vraiment sûr d'arriver à tenir des délais aussi courts avec un mode de scrutin aussi compliqué«, il répondait que «tout était prévu«. Sauf apparemment l'imprévu!C'est avec le visage fatigué des hommes qui n'ont pas dormi, que Driss Jettou, a rattrapé le désastreux effet des retards. Il a pris la parole devant la presse le samedi dans la soirée, pour expliquer que les retards seraient importants et pourquoi ils étaient aussi importants.Il est donc revenu sur les informations qui avaient été données le samedi, vers 15h et qui indiquaient à la presse deux choses: d'abord qu'il était impossible de tenir les délais initiaux et ensuite qu'il n'y aurait plus de données intermédiaires jusqu'à la fin des opérations.Ce dernier point a dû faire exploser les recettes des deux opérateurs du GSM, Méditel et Maroc Telecom. La fermeture des données intermédiaires a immédiatement alimenté des essais d'interprétations. Ceux-ci ont naturellement débouché sur le soupçon de manipulations en coulisse. Les propriétaires de GSM, ils sont plus de 4 millions rien que sur le territoire marocain, se sont interrogés mutuellement et consultés sur leurs impressions, et ce avec d'autant plus de vigueur, qu'à ce moment, d'autres rumeurs indiquaient que le PJD arrivait en seconde position derrière l'USFP et devant l'Istiqlal. Il se dit que c'est le Souverain lui-même qui serait intervenu auprès du ministère de l'Intérieur pour reprendre le fil de l'information, en dépit des retards. L'information est invérifiable, mais elle est regardée comme certaine par l'opinion publique. Cette certitude n'en fait pas une information vraie, mais elle dit bien que dans les moments critiques, c'est toujours vers le Trône que les Marocains se tournent. C'était un moment critique, car là s'est joué la crédibilité de l'opération de vote. En quelques heures d'hésitations et de fatigue, le ministère de l'Intérieur a bien failli ruiner des années de travail, pourtant faites sans faute.. L'Etat doit changerLa deuxième leçon à retenir de cet incident, qui aurait pu être d'une extrême gravité, est que l'Etat doit désormais et toujours avoir le réflexe de l'opinion publique. Il ne suffit plus comme autrefois, qu'il fasse son travail. Il ne suffit plus qu'il se fie à ses seuls instruments de contrôle internes. Il ne travaille donc plus en circuit fermé. Au contraire, l'Etat et ses serviteurs sont constamment sous les yeux des citoyens, qui jugent en permanence ses performances. Il faudra maintenant expliquer en détail comment et pourquoi les services de l'Intérieur se sont à ce point trompés sur leurs propres capacités à dépouiller vite les bulletins. Ce sera un point important de l'évaluation puis de l'amélioration des performances, d'une société marocaine qui vient de passer d'une société fermée à une société ouverte.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc